Les Vezo sur la côte Sud-Ouest de la Grand Île

Installés sur la côte Sud-Ouest de la Grand Île, les Vezo ou « peuple de la côte » sont une ethnie de pêcheurs nomades.

 

Carte des ethnies malgaches

Origine et situation géographique

Les Vezo vivaient, autrefois, exclusivement des produits de la pêche : requins, tortues de mer, poissons, crustacés… Peuple des plus attachés à la mer, cette-dernière leur sert également de refuge en cas d’attaques des autres ethnies. En effet, à la moindre alerte, les Vezo se précipitent vers leurs pirogues pour se réfugier alors au large.

Reconnus pour leur habileté à manier leurs embarcations, les Vezo sont surtout regroupés entre Toliara (Tuléar) et Morombe même si l’ethnie s’est également éparpillée d’Androka à Majunga. Aujourd’hui semi-nomades, les Vezo sont de plus en plus confrontés à l’épuisement des ressources naturelles halieutiques et se tournent vers une vie plus sédentaire s’éloignant de plus en plus de la mer pour se rendre dans les grandes villes.

Us et coutumes

Si l’on prête des origines austronésiennes aux Vezo, pour eux, ils seraient des descendants de l’union d’un pêcheur et d’une sirène. Pour les Vezo, la mer est une mère nourricière aussi ne pêchent-ils uniquement que ceux dont ils ont besoin pour se nourrir. Aussi, pêcher plus qu’il n’en faut est pour les Vezo braver un interdit qui pourrait leur coûter la vie : un naufrage, moins de poissons lors des futures sorties en mer…

Les us et coutumes Vezo sont toujours liés à la mer comme celle de la pêche à la tortue au cours de laquelle un véritable rituel est pratiqué avant sa consommation. En effet, la tortue une fois pêchée doit être d’abord sacrifiée sur un autel dédié avant que la chair ne soit consommée exclusivement par les hommes.

Concernant l’art funéraire Vezo, les tombeaux sont facilement reconnaissables par les statues érotiques faites en bois dressées au-dessus des tombes éparpillées dans les dunes. La disposition de ces statues respecte certaines règles. Par exemple, la statue de l’homme doit obligatoirement se tourner vers le Nord-Est au contraire de celle de la femme, tournée vers le Sud-Ouest.

 

Vie quotidienne

Les Vezo pêchent toute l’année et de manière plus intensive entre juin et septembre pendant la saison hivernale ou asutsy. Ils émigrent alors durant cette saison vers le large dans les nombreuses petites îles où les poissons trouvent refuge loin des côtes.

Fabricant eux-mêmes leurs propres embarcations depuis des siècles et suivant un plan précis, Les Vezo les égaient alors de voiles aux couleurs vives ou d’un blanc immaculé. Principale mode de transport, les pirogues servent, outre à la pêche, à transporter des marchandises. Femmes et enfants s’activent quant à eux à sécher les poissons et à attendre le retour des pêcheurs en préparant les filets.

Outre la pêche aux filets, les Vezo pratiquent également la pêche à l’hameçon, à la senne et à pied pour trouver des coquillages, oursins, poulpes… Outre le culte des ancêtres, certains Vezo pratiquent également la circoncision, le bilo pour les guérisons et des rituels de mariage appelés « oritse » et « fandeha ».