Les Mahafaly du Sud-Ouest de Madagascar

Géographiquement, le pays Mahafaly se situe sur un plateau calcaire de la côte Sud-Ouest de Madagascar, entre les fleuves Menarandra et Onilahy, à 150 km de Tuléar.

 

Carte des ethnies malgaches

Origine et situation géographique

Région subdésertique dont la végétation est constituée de plantes grasses diverses, les Mahafaly ont su tirer partie de cette végétation pour protéger leurs villages. Historiquement, des petits clans vivaient dans le pays avant l’arrivée des Maroseranana Sakalava et de la dynastie d’Anosy au XVe siècle. Les Mahafaly étaient reconnus comme des guerriers redoutables. Suivant différentes légendes, le mot Mahafaly peut signifier « qui est tabou » ou « qui rend heureux », mais la première est considérée comme plus probable. Vivant toujours en petits groupes, leur dialecte est dérivé des langues parlées au Bornéo.

Us et coutumes

De même que pour la plupart des ethnies malgaches, le peuple Mahafaly pratique le culte des morts. Pour l’ethnie Mahafaly, ce qui a été acquis du vivant d’une personne doit être sacrifié pour les ancêtres et pour le créateur à la mort du défunt.

Ainsi, l’importance du défunt est représentée par le nombre de zébus tués à sa mort et dont les cornes ornent son tombeau. Les funérailles jouent un rôle double car il permet de renforcer les liens avec l’au-delà aussi bien qu’avec ceux des autres lignages. Un « joro » est effectué lors de cette cérémonie qui consiste à sacrifier un zébu.

Le « savatse » ou circoncision entre également dans les pratiques ancestrales. La circoncision d’un enfant mâle lui donne ainsi le droit d’entrer dans le tombeau familial et d’être reconnu par tout son clan. Selon la tradition, chaque village est régi par un « Zakan-draza » composé de sages recourus en cas de conflits internes et pour les grands évènements.

Cérémonies et dates à retenir

  • En juin : le « Savatse »
  • Entre août et décembre : « Havoria » ou retournement des morts

Vie quotidienne

Polygames, les Mahafaly vivent dans des cases faites de végétaux : bois, branchages, paille ou roseau. Le maïs, le manioc, les lentilles, les tubercules sauvages et les figues de barbarie constituent l’essentiel de l’alimentation des Mahafaly. La coiffure et les tatouages de ce peuple sont typiques.

 

Si La Maison du mohair a auparavant fermé ses portes, l’activité a été relancée grâce à des artisans installés à leur compte, ainsi qu’à des ouvrières travaillant pour un réseau commercial. Le fameux tapis d’Ampanihy reste ainsi le produit phare de la région.

En outre, le pays possède une mine d’or et des mines de pierres précieuses. Les agropasteurs migrent avec leur bétail à la recherche de nouveaux pâturages. Le jour de marché, ils viennent à Ampanihy, capitale de la région, pour faire du commerce et du troc.

La région du Mahafaly possède deux réserves naturelles favorisant le tourisme. Celle de Bezaha Mahafaly est un centre de recherche et de formation pour la conservation de la biodiversité à Madagascar. Cette réserve abrite une grande population de faunes et de flore, tandis que celle de Tsimanampetsotsa comprend, entre autres, un lac salé d’un blanc laiteux.