Plusieurs groupes de touristes chinois prévoit de venir à Madagascar pour la prochaine haute saison touristique.Celle-ci ne devrait plus tarder à démarrer. D’après un professionnel du voyage, les entreprises du tourisme n’ont plus tellement compté sur les Chinois. En effet, la première campagne de promotion de la destination Madagascar en Chine a été effectuée en 2010. Et c’est seulement maintenant que les touristes chinois commencent à s’intéresser à Madagascar. Plusieurs groupes prévoient même de fouler le sol malagasy. Leur arrivée est presque annoncée à la dernière minute et apparemment, cette situation pose quelques problèmes aux opérateurs malagasy concernés. La plupart du temps, les voyages en groupe sont organisés plusieurs mois, sinon un an à l’avance. C’est pour mieux organiser l’hébergement. Mais apparemment, les touristes chinois n’ont pas l’habitude de réserver longtemps à l’avance. Cela veut dire que les opérateurs locaux n’ont pas souvent le choix : ils doivent caser les retardataires là où ils peuvent les loger. Heureusement que les Chinois ne sont pas aussi pointus que les Japonais en termes de confort. D’après une étude française publiée en 2008, le taux de satisfaction des touristes japonais à leur retour dans leur pays est inférieur aux espoirs d’avant le départ, quelles que soient les destinations, à l’exception du Canada et des Philippines. 

Quant à Madagascar, les investissements pour augmenter la capacité d’hébergement ont été relativement nombreux juste avant la crise de 2009. Ils ne sont pas stoppés nets depuis. Lors du 1er International tourism fair (ITM) au Carlton, le directeur exécutif de l’Organisation mondiale du tourisme, Frédéric Pierret a évoqué la nécessité de disposer des différentes gammes d’hébergement. Pour l’heure, Madagascar compte peu d’infrastructures hôtelières de luxe. Des spécialistes du secteur avancent toutefois que le tourisme de luxe est à même de tirer vers le haut les autres gammes. Car ce type de tourisme attire des stars internationales de différents secteurs et par la suite leurs fans et ceux qui veulent découvrir de nouvelles destinations révélées par ces stars. Outre des pays comme Maurice, le Rwanda développe sur le continent africain le tourisme haut de gamme. Mais de nombreux pays d’Afrique ne définissent pas quels marchés viser. Or, il ne suffit pas d’avoir des potentiels touristiques, il faut les valoriser via une stratégie, voire une politique claire. Madagascar adhère déjà au concept régional Iles Vanilles, alors que les professionnels locaux font de leur mieux à travers l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM). L’Etat fait de ce secteur une priorité, une déclaration qui ne coïncide pas avec le budget qu’il y alloue.

Extrait la Gazette de la Grande Île – Lundi 11 juin 2012