«35 000 euros», c’est le gros lot que Luck Razanajaona et Laza de Rozifilms ont obtenu  à Cannes grâce au projet de film «Les chants des Tlous». Le film débutera en août 2013.

Le cinéma malgache, voire les jeunes cinéastes malgaches, gagnent de plus en plus de terrain sur la scène internationale. Et ce, non seulement dans le court métrage mais aussi dans le long métrage. Pas plus tard qu’en mai, lors de la dernière édition du festival de Cannes, en France, deux cinéastes de la Grande île ont soutenu leur projet au «Pavillon de fabriques de cinémas du monde de l’institut Français».

Situé au cœur du village international du festival de Cannes, le pavillon est un espace dédié aux cinématographies d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, d’Europe centrale et orientale, du Proche et Moyen-Orient dans l’objectif de favoriser l’émergence de nouveaux talents. Dix jeunes réalisateurs et leurs producteurs ont été invités à participer à ces «fabriques  de cinémas du monde» dont  Luck Razanajaona et Laza de Rozifilms.

Le projet en question est un film intitulé «Les chants des Tlous», un long métrage de 120 minutes de Luck Razanajaona que la société Rozifilms de Laza produira. Ce film a été sélectionné parmi les dix projets proposés et a obtenu le prix du laboratoire Eclair, un laboratoire de référence en matière d’étalonnage digital et de finalisation de film en France. Le prix consiste en  une somme de 35 000 euros,  pour  justement l’étalonnage et la finalisation du film. Le film évoque en réalité l’aventure de Rama, un Malgache rebelle qui se bat contre la France en 1940. Il veut vivre mais a peur de mourir. Gravement blessé dans une forêt, un être étranger lui propose une deuxième vie et il accepte. L’auteur-réalisateur de «Les chants de Tlous» n’est en effet autre qu’un jeune réalisateur de 26 ans, diplômé de l’école supérieure des Arts visuels de Marrackech qui, à son actif, a déjà réalisé plusieurs courts-métrages et documentaires. Cette année il a participé au Talent Camus, dans le cadre du festival de Berlin.

Pour que le projet soit une réussite, un programme de production est établi. En juillet, le jeune réalisateur malgache partira pour l’Afrique du Sud où il a été sélectionné au 5e Talent Campus de Durban. Sa participation à ce festival consiste en une formation, master class, de 5 jours intensifs animés par des professionnels du métier.  Il partira par la suite pour la Normandie où il sera en résidence d’écriture au sein du célèbre centre des Ecritures cinématographiques (Céci) de Moulin.

A son retour au pays, Luck Razanajaona finalisera l’écriture de son projet puis la production et entrera dans la phase de pré-production, de repérage et de recherche de coproduction. Ainsi, les séances de tournage du film sont prévues en août 2013.

Extrait Les Nouvelles – Vendredi 8 juin 2012