Malgré le contexte politique actuel, les réservations de vols aériens pour Madagascar sont en progression de 20% pour la haute saison touristique 2012.

C’est ce qu’affirme Eric Koller, président de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM). L’axe sud et Nosy-Be ont encore la préférence des touristes. Quant à Sainte-Marie, elle commence également à récolter les réservations pour la prochaine saison des baleines. L’Office discute avec la compagnie Air Madagascar pour améliorer le programme des vols domestiques, d’autant que l’arrivée du 2ème Airbus est prévue pour fin juin. Ce qui veut dire notamment plus de touristes à transporter sur les vols intérieurs. D’où l’intérêt d’améliorer le programme de ces vols. On propose ainsi de revenir au programme papier pour éviter les changements intempestifs de programme de vols. Rappelons que le tourisme est le 1er pourvoyeur de devises du pays après la dégringolade des produits traditionnels comme la vanille et les crevettes. Seulement, il dispose de peu de moyens pour sa promotion. Si la vignette touristique est correctement collectée, elle devrait apporter 600 000 euros par an. Le ministère renforce actuellement les contrôles. En attendant, la vignette rapporte 300 000 euros par an. C’est l’unique source de revenus pérenne pour la promotion de la destination Madagascar.

Or, les îles voisines comme La Réunion et Maurice affichent un fonds de promotion de 7 à 10 millions d’euros par an. Même la petite île de Mayotte dispose de 1,7 million d’euros par an. De ces chiffres avancés par le président de l’Office, la Grande Ile se doit donc d’optimiser le fonds en sa disposition. C’est ce qui explique la nécessité de mettre en place l’Observatoire du tourisme. Cette activité inscrite dans le nouveau soutien financier de l’Agence française de développement (AFD) aidera à mieux cibler les pays émetteurs de touristes, mieux orienter les choix des salons internationaux auxquels Madagascar entend participer, mieux élaborer les modules de formation pour les opérateurs touristiques… A travers l’Observatoire du tourisme, il sera question de disposer d’un bureau des statistiques touristiques. Ce bureau devrait produire des données statistiques plus détaillées, soit des outils de décision plus pointus. Il devrait, par exemple, fournir des données sur les destinations préférées des différentes nationalités qui viennent faire du tourisme à Madagascar. De quoi formuler des modules de formation adaptés pour les opérateurs et les employés des destinations concernés.

Pour ce qui concerne les actions de promotion de la destination à l’extérieur, l’Office continuera à être présent sur les salons incontournables, du genre ITB de Berlin, BIT de Milan, WTM de Londres et MAP de Paris. Certes, d’autres pays émetteurs comme la Russie et le Japon présentent un gros potentiel, mais  le président de l’Office se demande si Madagascar a la capacité d’accueillir les touristes russes et japonais. Ces derniers sont particulièrement difficiles à satisfaire car ils exigent le luxe.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mardi 15 Mai 2012