Pour asseoir  à jamais l’autorité de la France sur la grande Ile, le Général Gallieni, a proposé à son conseil de passer par les armes en public deux des chefs les plus estimés de l’Imerina. A cette époque, la rébellion grondait un peu partout, il lui fallait trouver le moyen le plus efficace pour frapper l’imagination des Malgaches et les dissuader de braver la puissance de la France.

Après une longue discussion avec ses conseillers, les noms retenus étaient ceux de  Rainandriamampandry et du prince Ratsimamanga. Le premier est issu de la caste Hova et a occupé le poste de ministre des affaires intérieures  de Rainilaiarivony, le second est de caste noble et oncle de la reine.  Les deux personnalités ont été arrêtées et fusillées en public le 15 Octobre 1896. D’autres personnes ne connurent pas le même sort mais furent envoyées en revanche en exil.  Il s’agit entre autres  de la princesse Ramasindrazana, de Razanakombana, Razafimanantsoa, Ravelonanosy et Rainitahina, accusés d’être parmi les chefs de la rébellion.

Extrait Midi Madagasikara – Samedi 07 avril 2012