Le cyclone Giovanna n’a pas épargné les établissements scolaires dans le district de Brickaville. 852 salles de classe ont été endommagées.

Dans le district de Brickaville, outre les infrastructures routières et les cultures ravagées par les montées des eaux, les établissements scolaires figurent parmi les édifices publiques ayant subi les plus importants dégâts causés par le passage du cyclone Giovanna. Le directeur régional de l’enseignement (DREN) Lema Etienne fait état de 88,26% des écoles identifiées comme endommagées par le désastre dans l’ensemble du district. La plupart d’entre elles ont été inondées ou envahies par les boues ou encore endommagées par le vent. D’autres ont été complétement détruites. 
Dans 17 villages sur les 959 qui se situent dans le district de Brickaville, 852 EPP (école primaire publique) sont hors d’usage. Du coup, des élèves au nombre de 40.118 sont privés de cours. Quant aux collèges d’enseignement général (CEG), 128 salles de classe ont été endommagées entrainant l’arrêt des cours pour 6 484 collégiens. Le seul lycée public existant à Brickaville a été totalement détruit par le passage du cyclone Giovanna. Les jeunes qui le fréquentent et qui sont au nombre de 399 sont actuellement obligés de rester chez eux. 
En ce qui concerne les écoles privées, 19 établissements parmi les 28 dans le district sont hors d’usage. Le nombre d’élèves qui ne peuvent pas continuer leurs cours est de 2 515.
Constats
Pour les localités d’ Ambalarondra, Ambohi­manana, Anjahamana, Fanasana, Fetraomby, Maroseranana et Razanaka, les établissements scolaires y sont détruits à cent pour cent. A Ambinani­nony et Andovoranto, les seuls écoles privées qui y sont établies ont été ravagées. 
Dans le chef lieu du district, 79 salles de classes parmi les 88 existantes sont en ce moment inutilisables, tandis que pour le village de Fetraomby, 97 salles de classes sur les 109 sont détruites. A Mahatsara 110 sur les 123 et à Andovoranto 47 sur 52. 
Le chef de région Antsina­nana Alain Mahavimbina, accompagné des hauts responsables de la société Main Land Mining de Soanierana Ivongo, se sont déplacés sur le lieu afin d’évaluer les dégâts. Ils envisagent de faire de leur possible pour qu’au moins les élèves en classe d’examen puissent reprendre leurs cours dans les jours qui viennent. 
L’occasion fut aussi pour le chef de région de rendre visite aux familles, dont les maisons ont été victimes d’incendie au mois de janvier dernier. Il leur ont offert 
20 sacs de riz blancs à Ambalabe, tandis que 10 sacs et 50 feuilles de tôles à Ambolomadinika.

Extrait l’Express de Madagascar – Vendredi 17 février 2012