La tempête tropicale Chanda n’a pas fait trop de dégâts dans la ville de Toliara. Toutefois, la saison cyclonique ne fait que commencer et à chaque fois la ville est sous la menace d’un déluge.  
Au lendemain de chaque averse ou cyclone, la capitale de la région du Sud-ouest n’échappe pas au désordre urbanistique ambiant, se transformant ainsi en quelques heures, en un véritable champ de boue et un répugnant étang, où eaux de pluie et eaux usées se mélangent, plantant ainsi le parfait décor d’une ville livrée à elle-même. 
Il suffit de deux heures de précipitations pour se rendre compte que tout ce qui a été fait depuis quelques années se trouve non-conforme aux normes modernes de l’amélioration urbaine. Sous dimensionnée et obsolète, au point que les gens jugent qu’ils habitent dans le lit d’une rivière, tellement que même le centre-ville est affecté, sans parler des bas-quartiers comme Mahavatse I et II, Tsimenatse, Besakoa, Ambohitsabo.
En plus, la ville de Toliara a une particularité, car il n’y a pas assez de caniveaux pour évacuer les eaux. 
Éboulement
« Toutes les voies d’écoulement d’eau sont bouchées et il faut absolument les déboucher et créer d’autres passages sinon on ne sera jamais à l’abri d’une inondation à la moindre précipitation », a fait remarquer un ingénieur en bâtiments et travaux publics à la retraite. 
Les deux digues de protection sensées protéger Toliara, à savoir la digue d’Amkiembe au sud de la ville pour contrer l’infiltration de la mer, et au nord la grande digue du Fiherenana qui protège la ville entière du débordement de ce fleuve, se rompent à chaque crue et exposent Toliara à une grave inondation. 
Depuis quelques jours la menace d’inondation est en train de se concrétiser. À cause des fortes précipitations de ces derniers temps, la digue de Fiherenana a connu une rupture sinon un éboulement au niveau de Behompy et Antaikoaky au nord-ouest de Toliara entre le village de Miary et le pont de Belalanda. 
La fragilité actuelle de ces ouvrages s’explique par le fait que les pierres et le grillage qui sert de gabions sont régulièrement volés.

Extrait l’Express de Madagascar – Mardi 17 janvier 2012