La zone de convergence est devenue une dépression tropicale. Elle entrera ce jour à terre, entre le Menabe et l’Atsimo-Andrefana.

Dimanche à 10 heures, le canal de Mozambique a conduit la dépression tropicale à 250 km au Nord-Ouest du district de Morondava. Celle-ci est prévue atterrir entre le Menabe et l’Atsimo Andre­fana, ce jour. À Miandrivazo, la situation est beaucoup plus grave comme l’a expliqué le chef de district, Christiane Edouard Rahantandraibe, hier. « Un pêcheur a été porté disparu, samedi. Beaucoup d’enfants tombent malades et les eaux commencent à atteindre la surface alors que les pluies sont incessantes depuis trois jours », lance-t-elle.
Avec l’inaccessibilité à l’eau potable dans la localité, ce changement climatique brusque devient sérieux, surtout pour la couche vulnérable. « L’état grippal, le palu­­disme, la diarrhée et la suspicion d’une fièvre typhoïde sont les maladies courantes chez nous. La plupart sont en dehors de l’hôpital », annonce le médecin chef du centre hospitalier de district de niveau 1 à Miandrivazo, le docteur Mamie. 
Un bon nombre de malades souffrent du coût de médicaments dont ils ont besoin. Ils préfèrent ainsi rester chez eux. « Pour traiter le palu, le plus efficace est le sérum dont le coût est de Ar 5 000 alors que la plupart des malades ne peuvent pas le payer », poursuit l’infirmière de l’hôpital, Léonie Rakotobe.
Communication perturbée
Miandrivazo n’est pas le seul district touché. Le district de Morondava a déjà enregistrés des dégâts, hier. Joint au téléphone dans une communication perturbée, son chef de district, Henri Jocelyn Mahatody, a réussi à expliquer la situation locale. « Depuis samedi, les pluies abondantes et les rafales de vents n’ont pas cessé. L’électricité de la Jirama est coupée et les eaux commencent à monter. On n’a pas encore reçu les rapports de chaque commune », explique-t-il. Aucun sinistré n’a été recensé hier. « Toutefois, les habitants commencent à se déplacer là où ils sont à l’abri du danger », ajoute-t-il.
Selon le service de la météorologie, les crues de rivière sont à craindre. La masse nuageuse qui l’accompagne provoque toujours des pluies abondantes accompagnées de coups de vents pouvant atteindre les 70 km/h. Les régions d’Analamanga, Vakinakaratra, Itasy, Atsi­nanana, Atsimo Atsinanana, Alaotra Mangoro et Boeny sont en avis d’avertissement.

Extrait l’Express de Madagascar – Lundi 09 janvier 2012