S’alimenter et se soigner sont de tous les temps, dans tous les pays et chez tous les peuples deux préoccupations primordiales. C’est ce qui explique que les premières recherches portant sur les produits naturels se rapportent aux plantes alimentaires ou médicinales. Au cours des âges, dès qu’un pays est découvert, on y recherche les substances  consommables ainsi que les végétaux utilisables en thérapeutique.
À Madagascar, les premiers naturalistes ont été les sorciers, devins et guérisseurs (ombiasy) qui, de bonne heure, ont connu les principaux éléments de la faune et de la flore de leur pays. C’est encore eux qui, dans les villages campagnards, pratiquent plus ou moins empiriquement la médecine des simples, ont connaissance des antidotes naturels antivénimeux, observent les mœurs et habitudes des animaux, trouvent les filons des métaux précieux…
Selon Henri Poisson, parmi les peuples de l’Antiquité, les Phéniciens  qui, bien avant Vasco de Gama, ont doublé le cap de Bonne-Espérance et fait le tour de l’Afrique, ont dû venir à Mada­gascar pour y rechercher des denrées commerciales empruntées aux productions de la Grande île. Les Grecs ont aussi fréquenté les côtes madécasses. Depuis une époque très lointaine, les Indiens, les Malais, les Chinois ont établi des relations de commerce avec les « naturels ». Les Égyptiens, eux aussi, ont connu et visité Madagascar. Bien avant eux, dès le XIIe siècle les Arabes ont rapporté des contrées malgaches du santal, des fruits de tamariniers, du camphre, des aromates… 
Au XVIe siècle, les Portugais recherchent les mêmes ingrédients auxquels ils ajoutent des épices comme le girofle et le gingembre. C’est ainsi qu’en1506, le capitaine Jean Rodrigue Pereira de la flotte de Tristan d’Acunha constate la présence de plantes médicinales et aromatiques employées par les autochtones.
En 1515, Andrea Corsali décrit « l’isle Saint-Laurent » (Madagas­car) où abondent toutes sortes d’animaux domestiques et sauvages, où il y a de l’argent, de l’ambre gris, du gingembre, du girofle dont le parfum est supérieur à celui de l’Inde,  et beaucoup d’autres choses. En 1517, trois navires français de Dieppe se rendent dans la Grande île et en ramènent une cargaison de plantes aromatiques et médicinales. En 1563, paraît le premier livre de matières médicales de Garzius qui mentionne des produits naturels de l’île Saint-Laurent. En 1598, dans le travail de G.A.W. Lodewijckss, commissaire de bord du « Mauritius » de la flotte de l’amiral Cornelis de Houtmann, on peut voir les premières figures de plantes de Madagascar.
Au début du XVIIe siècle, les voyages ont surtout lieu dans le Sud, région « étrange » par sa végétation et qui suscite de la part des navigateurs, une admiration et un étonnement considérables. En 1602, François-Martin de Vitré, qui relâche dans la baie de Saint-Augustin avec le navire « Le Croissant », donne une liste des productions naturelles de cette région (1619). Quelques années après, en 1609, Megister publie en allemand un volume sur la « Description véridique complète et détaillée  aussi bien historique que géographique  de l’île extrêmement riche, puissante et célèbre de Mada­gascar, autrement nommée Saint-Laurent, comme la plus grande de toutes celles du monde », de ses habitants, animaux fruits et végétaux. Le tout orné de jolies gravures sur cuivre. 
En 1614, le RP Luis Mariano rapporte les ordalies par les poisons végétaux. En 1639, Jean-Albrecht Mandelslo passe à Saint-Augustin et Oléarius en 1651 qui mentionne ce voyage, y note la présence d’ébéniers, d’aloès et de sang-dragon (harongana). Richard Boothby, marchand de Londres venu à Madagascar en 1630, publie en 1646 un ouvrage où se trouvent une belle description de l’île et de ses habitants, une nomenclature des plantes utiles alimentaires, des animaux, des fruits et des produits divers. Il envisage de faire  de cette terre une colonie anglaise. À peu près à la même époque, François Cauche, dans la relation de son voyage, cite et décrit des animaux et des végétaux.
En 1658, Flacourt est plus complet dans son « Histoire de la Grande Isle de Madagas­car ». On peut aussi citer  les ouvrages de J.de Bollan, d’après le journal de bord du navire hollandais « Le Postillon » (1661-1664); de Du Bois: « Les voyages faits par le sieur D.G. aux îles Dauphine pendant les années 1669-1672 »; de Johan Christian Hoffman, pasteur de l’île Maurice…

Extrait l’Express de Madagascar – Samedi 26 novembre 2011