Dirigée par l’ONG Blue ventures conservation, une équipe de huit personnes, composée de scientifiques marins et de documentaristes environnementaux, se lancera dans une expédition de recherche pionnière le long de la côte ouest, pendant trois semaines de mer à compter de fin novembre. Elle embarquera à partir de Morondava sur un « botry », une sorte de goélette traditionnelle en bois munie de voiles.Pendant le voyage, les biologistes marins recueilleront d’importantes données scientifiques. Ils informeront le public des divers problèmes environnementaux locaux, et sensibiliseront la population sur la valeur des ressources marines.Au fur et à mesure du déroulement de l’expédition, des films et des bulletins d’informations sur les menaces qui pèsent sur la fabuleuse vie marine de la région, ainsi que les enquêtes sur les impacts du changement climatique sur l’environnement marin fragile des îles Barren, seront mis en ligne sur le site de l’ONG Blue ventures conservation.« Cette expédition sera la première de son genre à Madagascar. Nous aurons une occasion sans précédent de partager notre patrimoine marin incroyable avec le public, et d’engager les gens à communiquer des messages de conservation des océans », a déclaré Mialy Andriamahefazafy, responsable des politiques environnementales de Blue ventures à Antananarivo.« En se concentrant sur les défis environnementaux vécus par les communautés locales le long de la côte ouest, et avec les cinéastes travaillant aux côtés des spécialistes en récifs coralliens, l’expédition servira également à sensibiliser les autorités nationales et de soutien pour la conservation marine dans cette région inexplorée », a-t-elle encore précisé.Changement climatiqueL’écosystème des îles Barren com­prend une grande diversité d’habitats, depuis les eaux profondes océaniques jusqu’aux récifs coralliens variés. On y recense aussi des forêts étendues de mangroves, des marais estuariens, des zones humides et des dunes côtières, ainsi que des forêts tropicales semi-denses.Au cours de la visite des îles, le travail de l’équipe inclut des rencontres avec des pêcheurs traditionnels migrants, vivant sur des bancs de sable en pleine mer. De fait, ces derniers peuvent témoigner des effets directs du changement climatique, de la surpêche et de l’amenuisement des ressources marines, moyens de subsistance de ces pêcheurs.Les scientifiques informeront également sur les réussites et les initiatives de conservation, en cours de réalisation dans la région par les communautés locales de pêcheurs.Les données recueillies pendant l’expédition permettront aux scientifiques d’évaluer la santé des récifs, et de comprendre comment ils sont affectés par les pressions humaines, dont le changement climatique.Ces informations serviront à soutenir les plans de gestion pour la préservation des îles Barren, définies comme une zone prioritaire pour la conservation marine à Madagascar.

Extrait l’Express de Madagascar – Mardi 22 novembre 2011