Désormais, la région Diana, par le biais des communes rurales de « Bobakilandy » et d’« Andranofanjava » dans le district d’Antsiranana II, figure parmi les régions productrices du biodiesel à partir de la culture de jatropha, un arbuste endémique désigné localement sous le nom de « valavelona ». Cette plante est connue pour les vertus de ses fruits et de l’huile tirée de ses graines qui a l’avantage d’être très rustique et de supporter la saison sèche de la région.L’initiative vient de Jinoro Alphonse, maire de la commune de
« Bobakilandy », de concert avec le parti vert « Hasin’i Madagasikara ». En effet, les deux communes passent actuellement à la phase de production avec l’appui technique de la société J-OIL. Cette dernière a déjà mis en place des cultures contractuelles avec les cultivateurs locaux à qui elle fournit les semences les plus adaptées aux plantations. Apparemment, le jatropha devrait être bien exploité dans cette partie nord ouest de la région Diana. Pour l’instant, un terrain de trois hectares a déjà été cultivé de jatropha dans ces deux communes, mais les paysans souhaitent planter encore plus de superficie. La société s’engage, par ailleurs, à racheter les graines aux cultivateurs qui peuvent réaliser un rendement annuel d’environ deux tonnes à l’hectare. Ainsi, ces cultivateurs peuvent se constituer une rente qui leur fournit un complément de revenu d’environ 700 000 Ar à l’hectare, selon l’estimation. Plante providentielle, « Nous sommes très contents  de la mise en œuvre de ce nouveau projet car cela nous permettra d’améliorer notre pouvoir d’achat lequel était limité depuis des lustres par la seule commercialisation de la production rizicole », ont avancé les cultivateurs. « Cette nouvelle culture de jatropha nous propose des plantations intercalaires par opposition à la monoculture afin de créer la culture vivrière », a indiqué le Maire avec détermination. La production de cet « or vert » de la région Diana devrait permettre une création de richesses au niveau local, mais aussi de diminuer les dépenses que représente l’achat de carburant à l’étranger. En effet, l’huile raffinée obtenue à partir des graines de jatropha pressées peut devenir du biodiesel. Signalons que seulement 5 à 6kg de graines séchées de cette plante peuvent produire un litre de carburant. À notre ère où les ressources en pétrole se raréfient et l’éternel délestage diminue les activités économiques de la région , le jatropha semble bien être la plante d’avenir en matière de production de biocarburant. D’ailleurs, un technicien note que « cette plante providentielle est apte à remplacer le charbon, à être utilisé comme un engrais ou à servir à la confection de bougies et de savon». Espérons que, la crise politique ne freine pas les efforts fournis par des investisseurs locaux et étrangers, en vue de promouvoir le jatropha dans la région, voire dans tout Madagascar.

Extrait l’Express de Madagascar – Vendredi 04 novembre 2011