Dans le cadre de la 7e édition du Forum économique des îles de l’océan Indien, il a été reconnu que les compagnies aériennes nationales de chaque pays de l’océan Indien sont appelées à jouer un rôle de premier choix. Air Madagascar en particulier aura fort à faire pour atteindre son objectif final qui est de devenir la première compagnie aérienne de l’océan Indien et la préférée en Afrique. Et cela commencera par l’amélioration du réseau domestique.

La nouvelle stratégie de la compagnie nationale de transport aérien, Air Madagascar se dévoile petit à petit. Effectivement, son directeur général, Hugues Ratsiferana, a expliqué hier, qu’au niveau du réseau domestique, des innovations vont être apportées.

Cela consistera en la mise en place de trois hubs (points d’éclatement) pour les destinations à forte fréquence. Il s’agit en l’occurrence de Toamasina, de Morondava et d’Antsohihy. Un avion sera basé en permanence au niveau de chaque hub de manière à pouvoir assurer des vols en permanence vers les autres destinations à haute fréquence (pour des intérêts touristiques ou économiques).

En ce qui concerne Toamasina, ce système permettra d’assurer au moins deux vols par jour à destination d’Antananarivo. L’objectif est de parvenir à 5 vols quotidiens, au moins. Par ailleurs, à partir de Toamasina, l’avion qui y est basé pourra également desservir d’autres destinations situées dans les environs (Ambatondrazaka, Sainte Marie, Mananara Avaratra…) si la demande est relativement importante.

A partir de Morondava qui accueillera également la même structure, les autres destinations sont Isalo, Belo sur Tsiribihina, Bekopaka (avec ses fameux Tsingy)… Quant à Antsohihy, son choix se justifie par sa situation géographique. En effet, la ville d’Antsohihy se trouve dans un carrefour entre le Nord du pays et le Nord- Ouest (Nosy Be, Ambilobe, Baie de Narindra…). Eventuellement, des vols à destination de Mahajanga pourront être effectués.

En fin de compte, l’idée est de transformer les anciens « réseaux sociaux » en des réseaux à fort potentiel économique. Cela entraînera forcément une transformation du paysage touristique de ces destinations. Le directeur général d’Air Madagascar a déjà annoncé que l’extension de ce système à d’autres réseaux est possible.

Extrait Les Nouvelles – jeudi 27 octobre 2011