Le taux d’accès à l’électricité reste très faible dans les zones rurales de la commune de Ranohira. Dès lors, plusieurs habitations ont été dotées de lampes solaires.

L’électrification rurale s’effectue petit à petit. Environ 3 000 habitations de la commune rurale de Ranohira, dans la région Ihorombe, ont été dotées de lampes solaires. Cette action entre dans le cadre d’un projet mis en œuvre par l’Association Jardin des lumières. 
La distribution a été faite pendant la fin de la semaine dernière aux bénéficiaires, en présence de Josielle Randriamandranto, présidente de l’association et des autorités locales telles le maire de la commune et le directeur régional de l’Aménagement du territoire et de la décentralisation.
Grâce à cette initiative, les bénéficiaires ont obtenu ces lampes à moitié prix, avec une modalité de paiement. 
«Afin que les ménages puissent accéder à ces lampes qui fonctionnent à l’énergie renouvelable, l’association s’est acquittée de la moitié des prix de la lampe et de la plaque solaire. Pour le reste, le bénéficiaire payera 1 000 ariary par mois, pendant une année», indique Josielle Randriamandranto.
Une lettre d’engagement sera signé par le propriétaire lors de la réception de la lampe fournie par la société Tough Stuff. La somme récoltée permettra par ailleurs d’acheter d’autres lampes qui seront distribuées, avec le même système de paiement, à d’autres ménages dans d’autres régions. 
Normalement, le kit lampe-plaque solaire est vendu 39 500 ariary. Il a une durée de vie de cinq ans. 
Moins cher
Avant, la quasi-totalité des ménages à Ranohira utilise des lampes à pétrole pour l’éclairage. Les bénéficiaires affirment être satisfaits de l’initiative, dans la mesure où les 1 000 ariary qu’ils payent à la fin du mois est largement inférieur à leurs dépenses mensuelles dans l’achat de pétrole. D’autant plus que l’utilisation de ce type de carburant produit des effets néfastes pour la santé. 
«Avec la fumée et l’odeur qu’elle dégage, la lampe à pétrole a des impacts négatifs sur la santé. Ainsi, nos enfants toussent beaucoup et ont mal à la poitrine. Cependant, notre pouvoir d’achat ne nous permet pas d’accéder à d’autres moyens d’éclairage. Cette action nous a permis d’acquérir une lampe solaire à un prix acceptable, inférieur à celui du pétrole», témoigne Elisa Rakotonanahary, bénéficiaire de l’opération.
Outre les ménages, l’association s’est aussi orienté sur l’éclairage public. Un jardin des lumières, d’une superficie de 5 hectares comprenant un terrain de spectacle, a été créé. Il est éclairé avec des lampadaires solaires qui s’illuminent automatiquement à partir de 18 h. 
L’espace éclairé donne un environnement meilleur pour la destination touristique de Ranohira. Un village bara est installé à l’intérieur pour mettre les visiteurs dans l’ambiance du quotidien des habitants de la commune. 
Des kiosques ont été installées pour accueillir des acteurs économiques, notamment les professionnels de l’artisanat. Le Jardin est géré par la commune de Ranohira.

Extrait l’Express de Madagascar  du mardi 18 octobre 2011