1 500 lampes solaires ont été distribuées les 14 et 15 octobre derniers pour les villageois de Ranohira par l’association Les Jardins de lumière. Présidée par Josielle Randriamandranto, coresponsable de l’agence de voyages Jacaranda de Madagascar, l’association initie en 2006 « une autre idée du voyage ». Selon Joël Randriamandranto, coresponsable de cette agence, il s’agit d’inviter les voyageurs à participer au développement de la population locale. Le massif ruiniforme de l’Isalo se situe dans la commune de Ranohira et c’est la 1ère destination touristique du pays. Mais les villageois s’éclairent à la lampe à pétrole, nocive pour la santé. D’où l’idée de doter de lampe solaire les 3 500 cases de la commune. Plus de 3 000 ménages se sont inscrits pour avoir la lampe à raison de 1 000 Ar/mois sur 20 mois. La moitié du prix est payée par l’association grâce aux dons des touristes et des donateurs locaux et étrangers. Le montant de la mensualité est le 1/3 de la dépense mensuelle d’un ménage en pétrole pour s’éclairer. Il sert à acheter d’autres lampes pour les autres. L’objectif est de doter toutes les cases en moins de 2 ans.

Fournie par la société Tough stuff, la lampe est facile à utiliser. Elle comporte une petite plaque solaire, un fil et la lampe proprement dite. Sa longévité est de 5 ans et une lampe éclaire un espace de 12 m2. La durée de l’éclairage fourni varie selon l’intensité de lumière choisie, et il en existe 4. Si l’on choisit le mode veilleuse, la lampe éclaire pour 35 h. Pour l’intensité la plus élevée, l’éclairage est pour 5 h. De par sa conception durable et solidaire, le projet a décroché le prix de l’Association française des journalistes du tourisme (Prix AJT 2011) remis le 20 septembre dernier au salon du tourisme Top Resa à Paris. Interrogé sur le pourquoi de leur don, le couple belge Annie et Luc Henken répond : « Nous aimons les gens et nous voulons les aider. Nous voyageons beaucoup et c’est la 2ème fois que nous venons à Madagascar. Nous avons fait des projets individuels pour les locaux, mais ce n’est pas grand-chose par rapport à la pauvreté locale, notamment à Madagascar. L’idée de l’association est donc très bonne et nous y adhérons car souvent, l’argent donné aux ONGs est détourné. Avec ce projet-ci, tout est différent ».

C’est pourquoi un représentant de la population a pris spontanément la parole le 14 octobre pour remercier les responsables de l’association. Quant à la jeune mère de 3 enfants, Lantosahondra Harilala Noéline, elle explique : « La lampe solaire est une bénédiction pour mes enfants et pour moi Les enfants n’auront plus des problèmes respiratoires. De plus, je n’aurai plus à déplacer la lampe pour préparer nos repas le soir. C’est le contraire avec la lampe à pétrole avec les risques de déversement du pétrole dans la marmite. Le repas est perdu si cet accident survient ». La dotation de la lampe est gérée par un comité de réflexion composé de notables et de responsables locaux. Notons que le projet de l’association comporte également la mise en place d’une infrastructure de spectacles et un jardin de lumière situé à la sortie sud de Ranohira. Après cette commune, l’association visera d’autres communes et le nouvel appel aux dons démarrera en France le 26 novembre prochain.

Extrait la Gazette de la Grande Île du mardi 18 Octobre 2011