Dans le cadre de la promotion des « Iles vanilles » sur le marché chinois, l’Office national du tourisme de Madagascar, l’île de La Réunion Tourisme et le Mauritius Tourism promotion authority ont invité des journalistes photographes chinois à un périple inter – îles.

Après un séjour à La Réunion, ces journalistes étaient dans la Grande Ile sur le thème « culture et biodiversité ». Une consultante de la Banque africaine pour le développement a effectué une mission dans le pays afin d’identifier les secteurs économiques dynamiques dans la Commission de l’Océan indien ainsi que les éventuels facteurs de blocage. Dans le cadre de l’élaboration d’une stratégie régionale pour les pays membres de la Coi, elle s’est informée des activités régionales dans le domaine du tourisme, notamment les « Iles vanilles ». Lors de la 5e édition du Raid Isalo, en fin juillet, des journalistes réunionnais ont été invités dans le pays pour assurer la couverture médiatique de cet évènement.

Viser le marché international
Par ailleurs, dans le cadre de la promotion du pays sur le marché italien, un voyage de presse italien, ayant pour thème « la route du raphia », a été organisé, en collaboration avec l’Office national du tourisme de Madagascar (Ontm), Air Madagascar et l’Office régional du tourisme de Nosy Be. Maxime Dovo, Ambassadeur de Madagascar auprès de la Russie, et Valery Pryzhkov, Président du Comité international de la coopération et du tourisme de la Région Kaliningrad, en Russie, ont manifesté leur volonté d’œuvrer pour la promotion de la destination Madagascar sur le marché touristique russe à travers l’organisation de voyages de presse et d’éductours à Madagascar.

Promotion sur le net
Les représentants des groupements touristiques ont identifié le prestataire qui sera chargé de la refonte du site web de l’Ontm. Le comité a choisi la société Ingenosya pour la mise en œuvre de cette refonte. Un projet de mise en place d’un Observatoire du tourisme au sein de l’Ontm est également en gestation. La page Madagascar La Grande Ile de l’Ontm sur Facebook représente 2 962 fans. Concernant les visites aux kiosques,  45% sont des Français et des Réunionnais, 36% des Malgaches, 4% des Allemands, 3% des Italiens, 12% d’autres nationalités… Quant aux visites sur le site web, 40% viennent de la France, 22% des Etats – Unis, 4% de Madagascar et 34% d’autres pays.

Un processus de relance en cours
Les statistiques du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, de janvier à mai, ont révélé qu’on a presque retrouvé les niveaux de recettes de 2008. Cependant, avant la crise, l’arrivée de touristes dans le pays était estimée à 375 000. La plus mauvaise période était enregistrée en 2009, avec seulement 162 687 touristes. La relance du tourisme a commencé vers la fin du troisième trimestre 2009. Cette année, les prévisions atteignent 300 000 touristes. Le tourisme étant toute une chaîne, la mise à disposition de deux avions par Air Italy a permis d’éviter des grands impacts du classement d’Air Madagascar sur la liste B sur la saison touristique 2011, d’après Joël Randriamandranto, Président du Conseil d’administration de l’Office national du tourisme de Madagascar.
Au moins, ils ont assuré le programme sur le long courrier et honoré les engagements par rapport aux tickets vendus depuis la fin de l’année dernière. Cette solution est encore provisoire. C’est la raison pour laquelle, les opérateurs privés recommandent le soutien de la relance de la compagnie aérienne nationale.
Par conséquent, l’Etat, en tant qu’actionnaire majoritaire d’Air Madagascar, doit prendre ses responsabilités et élaborer un plan de sauvetage, qui sera mis en œuvre dans les plus brefs délais. Les autres compagnies aériennes qui desservent la Grande Ile peuvent augmenter leur fréquence sur le long courrier. Par ailleurs, le problème réside au niveau des vols intérieurs. La réduction de leur fréquence a des impacts négatifs sur les opérateurs privés. Afin d’assurer un séjour agréable des touristes, il importe d’assurer une facilité du transport. Ainsi, il est urgent que d’autres compagnies desservent le réseau intérieur afin d’assurer une meilleure qualité de service. Le secteur tourisme a besoin d’une réelle promotion de l’investissement, des infrastructures et des formations, outre la stabilité politique.

Projet de classement des chambres d’hôtes
Afin d’améliorer la visibilité des chambres d’hôtes dans le pays, des études ont été récemment effectuées dans les Régions Analamanga, Vakinankaratra, Haute – Matsiatra et Atsinanana. Une chambre d’hôte est définie comme un local meublé faisant partie intégrante d’une maison d’habitation et louée à une clientèle de passage. Les chambres doivent être au nombre de six au maximum. Ce projet vise à faire respecter les normes de classement.

Extrait La Vérité Madagascar – Lundi 22 Août 2011