Les maisons sont-elles toutes construites de tout temps sur le même modèle ? L’étranger de passage est toujours tenté de le croire. Et pourtant, Dieu sait si l’architecture et les techniques de construction n’ont cessé de se développer au cours de l’histoire. D’illustres architectes comme Jully, Sibree, Cameron et Pool ont grandement contribué aux progrès réalisés dans ces domaines après 1861. Cameron, par exemple, avait introduit pour la première fois l’utilisation de «briques séchées au soleil recouvertes d’un bon crépi». Cette technique aurait révolutionné partout et à très bon marché les conditions de logement de cette époque.

Mais globalement, les techniques et les matériaux de construction diffèrent d’une région à l’autre. Autrefois, sur les Hauts-Plateaux, les maisons étaient construites à partir de bois et de roseau. Plus tard, on commencera à utiliser l’adobe rouge dont la terre est souvent mélangée à des œufs pour lui donner plus de résistance. Le toit est devenu de chaume. A partir de là, de plus en plus de maisons possédaient un étage auquel on accède par un escalier extérieur et un balcon de bois qui repose sur des piliers de briques non encastrés. Sur la côte, on utilise en revanche le bois, le bambou, le raphia et le papyrus. Le papyrus est employé pour le revêtement des murs de la maison érigée sur des pilotis de bois solide qui la maintiennent à un mètre environ du sol et la protègent de rongeurs et des eaux de pluie. Le raphia est utilisé pour le revêtement d’une toiture recouverte ensuite de chaume.

Extrait Midi Madagasikara – Lundi 22 Août 2011