L’application du Système de riziculture intensive, est encore difficile, dans de nombreuses zones de Madagascar. Le Groupement SRI Madagascar a encore beaucoup à faire, pourtant, ses 3 ans de financement seront bientôt échus.

Rendement. La production rizicole à Madagascar est de 2 tonnes par hectare. Pour les 13 régions qui pratiquent déjà le système de riziculture intensive (SRI), ce rendement se situe entre 4 tonnes à 8 tonnes par hectare. D’après Randriamiarintsoa Tsimba, responsable de chantier SRI, ce système compte actuellement 90.000 pratiquants, travaillant sur près de 36.000 hectares. « Cette surface est encore petite, par rapport à la surface totale cultivable de la Grande Ile. En fait, des problèmes au niveau des moyens s’imposent encore. L’application du SRI nécessite une application de règles strictes et beaucoup d’efforts. Ce qui n’est pas facile pour les paysans », a-t-il confié. Notons que les régions Itasy, Ihorombe, Vakinankaratra, Androy, Atsimo-Atsinanana, Atsinanana, Analanjirofo et Alaotra Mangoro sont les plus avancées, à Madagascar, en matière d’adoption du SRI.

15 août. La fondation Better U est le bailleur de fonds du groupement SRI Madagascar. Ce financement a débuté en 2008 et expirera dans 6 jours. Pourtant, les objectifs à atteindre sont encore nombreux, pour ce groupement. Notons que leur mission est de recueillir les données à Madagascar, afin de définir une stratégie pour l’application du SRI. « Nous avons eu des difficultés, car les données de nos partenaires ne sont pas toujours précises. Il nous a fallu trouver autre chose », a affirmé Tsimba Randriamiarintsoa. En outre, le Groupement SRI Madagascar comporte actuellement 230 membres, répartis dans les 22 régions. En effet, ce groupement compte placer une plate-forme par région, pour avoir des résultats précis. Or l’année dernière, cette structure n’a été placée que dans seulement 11 régions. Actuellement, 13 régions en bénéficient, grâce à de nouvelles mises en place, dans la région de Betsiboka et d’Atsimo-Atsinanana.

Service minimum. Par ailleurs, le groupement SRI a expérimenté cette année 8 tonnes d’engrais de 2 types. De nouvelles stratégies seront certainement définies, après l’obtention des résultats, qui sont encore attendus. Néanmoins, le groupement SRI Madagascar fonctionnera en service minimum, pour une durée de deux mois, avant de trouver d’autres financements, d’après son responsable, Tsimba Randriamiarintsoa.

Extrait Midi Madagasikara – Mercredi 10 août 2011