Chaque année, 60 000 tortues de Madagascar sont victimes de trafics illégaux et de braconnage. Deux espèces endémiques du Sud et du Sud-est sont principalement touchées par ces trafics en l’occurrence la tortue radiée ou Astrochelys radiata et la tortue araignée, Pyxis arachnoides. « Espèces phares de la forêt épineuse du Sud malgache, elles sont aujourd’hui menacées d’extinction si le braconnage persiste », avertit la WWF. Ces tortues profitent aux marchés noirs, où « elles sont vendues environ à 4 800 dollars l’unité pour les tortues radiées », stipule le rapport sur le commerce des reptiles et des amphibiens .

Face à cette menace, Richard Hughes, représentant régional du WWF à Madagascar, interpelle le gouvernement. « Les trafiquants et leurs intermédiaires exploitent les populations locales, au détriment des richesses naturelles du pays. C’est déplorable de voir ces richesses quitter le pays aussi massivement. Quoi qu’il en soit, nous encourageons vivement le ministère de l’Environnement dans les efforts qu’il déploie actuellement pour lutter contre ces trafics de bois de rose et de tortues » conclut le représentant régional du WWF.

Extrait l’Express de Madagascar – Mercredi 03 août 2011