Le lac Kinkony fait partie des habitats clefs pour la biodiversité du Complexe des Zones Humides Mahavavy – Kinkony, une des Nouvelles Aires Protégées prioritaires qui doit être mise en place à Madagascar. Malgré les pressions anthropiques comme la conversion des zones marécageuses en rizières et la surpêche qui s’exercent sur le lac, le lac joue un rôle économique et écologique important dans la région. Dans ce sens, une recherche a permis d’identifier les changements physico – chimiques importants de ce biotope lacustre afin d’évaluer les menaces qui pèsent sur sa faune afin de fournir aux décideurs les éléments nécessaires à l’élaboration des stratégies de conservation de ses ressources biologiques. Les analyses ont été basées sur l’utilisation des outils d’investigation spatiale comme le Système d’Information Géographique et la Télédétection, appliquées plus particulièrement sur le lac Kinkony, à savoir le plan d’eau et les zones de phragmites de son pourtour marécageux. Les résultats obtenus, ont-ils permis d’estimer une forte réduction de la superficie occupée par les phragmites, de l’ordre de 80 % entre 1949 et 2008.

Mieux encore, et selon les données rapportées dans une des dernières livraisons du périodique Madagascar Conservation & Developement, il apparaît, entre autres, que les principales sources de sédiments qui contribuent à la turbidité de l’eau du lac proviennent de l’érosion des bassins versants situés au Sud du lac. Les dépôts apportés par les rivières au cours des temps ont provoqué l’envasement du lac et la réduction progressive de la profondeur des zones d’entrée, au niveau de la confluence du plan d’eau avec ces rivières. La réduction de la superficie des phragmitaies couplée à l’érosion constituent ainsi les principales menaces écologiques qui affectent le lac Kinkony. Si l’évaluation précise du degré d’impact de ces changements et leur éventuelle synergie sur la biologie de la faune menacée requièrent de plus amples recherches, des aménagements anti – érosifs sur les quatre bassins environnants les plus vulnérables et des restaurations de phragmitaies sont proposés pour la conservation de la biodiversité du lac Kinkony.

Le lac Kinkony d’une superficie de l’ordre de 14000ha est le deuxième plus grand lac de Madagascar après le lac Alaotra (Kiener 1963). Le lac Kinkony fait partie du Complexe des Zones Humides de Mahavavy – Kinkony qui est amené à devenir une Nouvelle Aire Protégée (NAP) de Madagascar (Office National pour l’Environnement 2009). La partie sud du lac Kinkony a été classée comme réserve de chasse selon l’arrêté n° 0126 SEHAEF /DIR/FOR du 13 janvier 1971 (Projet ZICOMA 1999). L’ensemble du Complexe profite d’un statut de protection temporaire suiv-ant l’arrêté Interministériel n°1066/2006 MINENVEEF-MEM du 17 janvier 2007 et la gestion d’une superficie qui s’étend à l’est du lac a été récemment transférée aux communautés locales selon un arrêté communale n°021/CR/ANT/09 signé en 2009. Le lac est depuis longtemps une des grandes zones de pêche des eaux intérieures de Madagascar (Kiener 1963) justifiée par la présence de poissons commerciaux dont dépendent plusieurs ménages riverains (Rafalimanana 1989, BioDev 2005) et qui constitue ainsi un enjeu économique important. Le lac Kinkony est soumis à des pressions anthropiques qui menacent la viabilité des ressources biologiques lacustres.

Les menaces les plus importantes sont la conversion du pourtour du marais en rizières et la modification des propriétés de l’eau (Asity Madagascar 2009). Nous avons identifié les changements physico – chimiques au niveau du lac afin d’évaluer leur impact sur la faune menacée dont un oiseau, deux poissons et un reptile, respectivement la Marouette d’Olivier Amaurornis olivieri, Paretroplus dambabe et P. kieneri et la tortue Erymnochelys madagascariensis. L’analyse des changements environnementaux a été réalisée à partir d’outils d’investigation spatiale couplés à une analyse de la situation géographique du lac afin de cerner la problématique et interpréter les résultats obtenus sur l’importance écologique du lac Kinkony et de ses habitats limitrophes.

Le Complexe des Zones Humides Mahavavy – Kinkony est situé dans la région de Boeny, au nord – ouest de Madagascar dans le bassin du fleuve Mahavavy (Figure 1), entre les longitudes E45°28’ et 45°56’ et les latitudes S15°46’ et 16°12’, aux alti-tudes comprises entre le niveau de la mer et 150 m (Projet ZICOMA 1999). Situé dans la partie sud du Complexe, le lac Kinkony occupe à lui seul la moitié du plan d’eau continental du Complexe. La région du lac Kinkony est distribué dans l’étage sec, sous étage 2b avec un déficit hydrique compris entre 400 et 700 mm et une moyenne des minimums du mois le plus froid compris entre 16 et 18 ° C conformément à la carte biocli-matique de Madagascar de Cornet (1974). La région présente une alternance avec une saison sèche marquée de sept mois d’avril à octobre et une saison pluvieuse de cinq mois, de novembre à mars. La moyenne des précipitations annuelles est d’environ 1550mm, les mois les plus humides étant jan-vier et février (Projet ZICOMA 1999). La température moyenne annuelle est de 26 ° C avec un minimum de 18 ° C en juillet et un maximum de 35 ° C en décembre (Direction des Exploitations météorologiques 2003 In litt.).

Le lac Kinkony est entouré de petits lacs temporaires et permanents et ses parties Sud et Sud – est est alimenté par de nombreuses rivières temporaires et permanentes. Il se déverse dans le canal de Kotomay, affluent de la Mahavavy. Un marécage de phragmites, qui constitue l’habitat naturel et spécifique de la Marouette d’Olivier Amaurornis olivieri frange sa bordure orientale…

Extrait La Gazette de la Grande Île – Vendredi 29 Juillet 2011