La demande en huile de Ravintsara augmente actuellement en Europe. « Considérée comme une plante à fin thérapeutique contre la grippe, notamment la grippe A, l’huile de ravintsara se vend aujourd’hui à 1 000 euros ou 2 794 000 ariary le litre en France », annonce Ton Sebastien, chercheur mandaté par l’association Odadi pour étudier l’avenir de cette filière dans la commune rurale d’Ankazondandy. Face à cet engouement, l’exportation de cette huile essentielle occupe le cinquième rang dans la Grande île.

« Madagascar exporte 10 tonnes d’huile de Ravintsara chaque année », enchaîne le chercheur.

Le Ravintsara constitue alors un avenir pour le monde rural malgache face au vaste marché européen. D’autant plus que « le terroir des Hautes terres malgaches produit une bonne qualité d’huile », relate Léa Bonenfant, une autre chercheuse issue de l’École supérieure d’agro-développement international (ISTOM) en Région île-de-France. Mais le prix sur le marché national défavorise les paysans malgaches. « L’huile de Ravintsara se négocie actuellement à 240 000 ariary le litre et un kilogramme de feuille de Ravintsara varie entre 800 à 1 900 ariary. Tandis qu’une plante vaut les 1 000 ariary », confie toujours Léa Bonenfant. L’investissement dans la distillerie, le coût de transport et les taxes sont les principales raisons avancées de cet écart de prix au niveau local et mondial. « Une simple distillerie d’huile nécessite actuellement l’investissement de 30 à 40 millions d’ariary en moyenne », confie Tendriniaina Solofotiana, un investisseur dans cette filière.

Extrait l’Express de Madagascar – Vendredi 22 juillet 2011