Conseiller les entreprises françaises installées ou projetant de s’installer à Madagascar. C’est la mission qui sera attribuée avant la fin de l’année à un cabinet juridique privé, au terme d’une procédure d’appel d’offres en cours.

Les entreprises françaises implantées à Madagascar ou qui souhaitent s’y installer ont besoin de services, notamment informatifs, qui leur étaient jusque-là fournis par le service économique de l’ambassade de France, à travers l’établissement public français Ubifrance.

Or, cette activité de services aux entreprises fait l’objet d’une délégation de service public qui doit être effective au 1er janvier 2012, et pour laquelle un appel d’offres a déjà été publié. Les soumissionnaires ont jusqu’au 10 juin prochain pour déposer leur candidature. Selon le service économique de l’ambassade, « Il s’agit pour les cabinets-conseils d’une très belle opportunité de se positionner avec un des principaux partenaires de Madagascar, et le soutien d’Ubifrance sera forcément porteur d’affaires ».

Toujours selon le service économique de l’ambassade, « Il n’y a absolument aucun critère de nationalité dans cette sélection, aussi on peut très bien imaginer que ces services soient assurés par une structure malgache, française ou d’une tierce nationalité ». Il faut simplement pour soumissionner être une entité juridique pour laquelle le conseil est l’activité principale, avoir une expérience d’au moins trois ans dans le conseil et l’accompagnement des entreprises à l’international et enfin disposer d’une implantation physique à Madagascar.

Rigueur

Selon le service économique, la rigueur sera un critère clé dans l’évaluation des candidatures. « Dans cette activité, le cabinet aura affaire avec des interlocuteurs qui viennent de loin et ont besoin de réponses concrètes en un temps limité ». Les services étant payants pour les entreprises, celles-ci sont naturellement exigeantes sur la qualité des prestations fournies, et leur satisfaction sera contrôlée par Ubifrance.

Le cabinet accrédité devra fournir des prestations individuelles et collectives à deux types de publics, les entrepreneurs qui souhaitent s’installer à Madagascar et ceux qui y sont déjà implantés.

Missions de prospections, informations, plateformes d’échanges

Pour ceux qui souhaitent investir à Madagascar, il s’agira d’organiser des missions de prospection avec des visites d’entreprises locales et des rendez-vous avec de potentiels partenaires locaux, de leur proposer des tests sur offre et de la documentation. Le service économique de l’ambassade de France avait par exemple publié pour Ubifrance l’ouvrage « S’implanter à Madagascar », qui s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires en France et à Madagascar.

Les entreprises françaises installées à Madagascar ont quant à elles des attentes différentes. Il s’agit notamment de leur procurer des enceintes d’échanges comme le pavillon France de la Fim, qui a été mis en place par le service économique de l’ambassade pendant quatre ans avant d’être délégué cette année au secteur privé.

650 entreprises françaises de plus de 50 personnes sont actuellement recensées à Madagascar, ce qui montre l’importance de la mission du cabinet auquel les prestations seront attribuées.

Extrait Les Nouvelles – samedi 4 juin 2011