Tout est fin prêt pour accueillir les festivaliers de la 18e édition. La fête de la vie s’annonce très vivifiante.

Depuis un mois, toutes les chambres d’hôtel de Nosy-Be sont presque réservées. De nombreux festivaliers attendent avec impatience la 18e édition de la fête de la vie. Sur le plan de l’organisation, tout est fin prêt.

« Une réunion a eu lieu mardi et les membres du Cofestin sur place ont affirmé que tout est déjà calé pour le grand jour » confie Andrin’Irina Rafaralahisoa, responsable de la communication.

La 18e édition s’étalera sur une semaine, du 6 au 12 juin. Les artistes arriveront à Nosy-Be au fur et à mesure du calendrier de la programmation. Le premier départ qui inclut artistes et journalistes est prévue pour ce lundi. Pour cette édition, la caravane n’est pas à l’ordre du jour.

21 artistes seront attendus sur la scène de Donia. Quatre sont de la France, de La Réunion, de Mayotte et Comores. Le groupe de rock français, Super Purée, est attendu ce jour à Antananarivo. Les trois autres arriveront dans le courant de la semaine prochaine.

De grosses pointures comme Fandrama, Jerry Marcoss, Vaiavy Chila, Dah’Mama, Ambondrona et Princio feront découvrir la richesse et la diversité de la musique de la Grande Ile. La découverte est aussi au rendez-vous avec des groupes émergents natifs de Nosy-Be.

Parrainage

En amont du festival ont été organisés des événements sportifs. Cette partie a déjà animé la ville de Nosy-Be depuis les derniers jours du mois de mai. Moto cross, quad et tournoi de basket connu sous l’appellation championnat Donia ont fait vibrer les amateurs de sports.

Outre le grand carnaval animé et coloré de Donia, une série de conférences ouvre le festival à des thèmes socio-économiques. La culture, levier du développement étant le leitmotiv du festival. Donia est une fête populaire dont les retombées économiques sont énormes. La 18e édition sera parrainée par le ministère de la Culture et du Patrimoine.

« Nous avons pensé ouvrir les conférences sur des thèmes touchant le social, le tourisme et l’économie. La culture étant au coeur de toutes les festivités » précise le responsable.

Extrait l’Express de Madagascar – Samedi 04 juin 2011