Depuis son inauguration le 9 mars 2007 jusqu’au 13 mai 2011, près de 7 540 personnes l’ont visité.

Bon nombre des arbres autochtones de Madagascar qui sont endémiques et précieuses sont menacées de disparition en raison de la forte pression humaine sur les forêts naturelles. On peut citer entre autres, le « Varongy », le baobab, le palmier et le palissandre, le bois de rose et le bois d’ébène. Mais les opérateurs économiques ne s’intéressent guère à investir dans ce secteur étant donné que ce sont des espèces à croissance lente, ne pouvant être exploitables qu’après plus de 50 ans de plantation. Dans la foulée, des campagnes de reboisement ont été entreprises dans le pays mais seules les arbres exotiques à croissance rapide ont été promus. Face à cet état de fait, l’organisme chrétien de développement SAF/FJKM a mis en place un arboretum étalé sur une superficie de 10ha à Ranomafana Ifanadiana, depuis 1994. Près de 250 variétés d’arbres autochtones y sont actuellement multipliées.

Conservation. « Ce projet a été le fruit d’une longue recherche menée par l’équipe du SAF/FJKM en partenariat avec un missionnaire américain, en l’occurrence de Dan Turk, ainsi que les chercheurs scientifiques du FOFIFA », a expliqué Razafiarison Rolland, responsable du projet Environnement (PCUSA) de cette ONG. L’objectif consiste à conserver les arbres autochtones endémiques à multiusages de la Grande Ile tout en assurant la restauration forestière ayant subi diverses pressions de l’humanité en vue de préserver la faune, qui plus est endémique. C’est également un moyen de lutte contre le changement climatique sans parler des avantages que l’on peut tirer de la vente de carbone séquestré par les forêts conservées ou restaurées. « Le SAF/FJKM est le premier à vulgariser et à valoriser la multiplication des arbres autochtones dans la Grande Ile », a-t-il précisé. Il a ensuite fait savoir que la multiplication de ces 250 variétés d’arbres autochtones a bel et bien réussi au sein de cet arboretum instauré dans la commune rurale de Ranomafana.

7 540 visiteurs. Après réaménagement, cet arboretum dont la gestion a été transférée à la commune rurale de Ranomafana devient un site d’attraction des touristes, en plus de la visite du parc national de Ranomafana. « Depuis son inauguration le 9 mars 2007 jusqu’au 13 mai 2011, nous avons recensé 7 540 visiteurs», a annoncé Razafiarison Rolland. C’est également un lieu bien approprié pour l’éducation environnementale, car chaque pied d’arbre planté est muni d’un panneau représentant son identification scientifique, ses vertus et son utilisation dans l’histoire. Le processus de plantation et d’entretien de ces arbres autochtones y est également présenté, sans parler de leur vocation en tant que sources de graines pour tout projet de reboisement ou de restauration de forêt. Les étudiants sont les plus intéressés par la visite au sein de l’arboretum. « Mais force est également de faire remarquer que le taux de croissance moyen des arbres plantés est en ce moment de 16 ans. Bon nombre d’entre eux sont déjà exploitables », a-t-il évoqué. Par ailleurs, le SAF/FJKM a planté ces arbres sur les places publiques dans le dessein de promouvoir l’éducation environnementale qui contribue à l’appropriation d’un réflexe environnemental par tous les citoyens.

Extrait Midi Madagasikara – Lundi 23 mai 2011