Malgré une crise politique qui perdure, le secteur du tourisme poursuit ses actions de promotion à travers la participation à des salons et foires internationaux. Particulièrement pour l’hôtellerie et la restauration, la dernière newsletter de la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM) évoque la création de nouveaux établissements ou l’extension d’autres. Ce phénomène touche aussi bien la capitale que des régions comme Morondava. Sinon, des opérateurs hôteliers proposent des remises exceptionnelles pour attirer les touristes tant nationaux qu’internationaux. D’autres opérateurs issus de secteurs annexes dont l’agroalimentaire et la location de voitures communiquent également dans la newsletter de la FHORM. Ces différents mouvements dont la récente organisation de la semaine du goût dans la capitale témoignent de la dynamique qui anime le secteur du tourisme. Notons que lors de la 4ème conférence des Nations unies à Istanbul du 9 au 13 mai dernier, un événement spécial a été organisé pour démontrer que l’Hôtellerie, la restauration ainsi que le tourisme (HRT) est l’un des secteurs économiques les plus dynamiques au monde et capable de contribuer au développement socioéconomique et à la réduction de la pauvreté dans les Pays les moins avancés (PMA).

Et jusqu’à preuve du contraire, Madagascar fait malheureusement partie de ces pays. Il faut souligner que le tourisme est l’un des rares secteurs à ne pas avoir sombré corps et biens lors de la période de fortes violences politiques de 2009. C’est grâce aux actions de promotion des acteurs de la filière et notamment des membres du secteur privé regroupés dans l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) et les différentes associations comme l’association des tours opérateurs (TOP) ou encore la FHORM. Madagascar n’a pas été supprimé des catalogues des professionnels du voyage à l’étranger. Il faut aussi souligner qu’en général, le secteur du tourisme offre du travail décent et permet à des secteurs connexes de se développer. Il en est ainsi de l’artisanat, de l’industrie agroalimentaire, de l’agriculture, etc. L’Organisation internationale du travail (OIT) note qu’un emploi dans l’industrie HRT de base s’accompagne de la création de 1,5 emploi supplémentaire dans les secteurs connexes. L’économie du tourisme représente 1 emploi sur 12,3 dans le monde.

L’OIT rappelle qu’en 2010, le tourisme et les voyages ont généré environ 9,3% du PIB mondial. Quant aux investissements pour le tourisme, ils représentent 9,2% des investissements mondiaux. De plus, le secteur continue d’accroître son volume d’activités. Entre 1995 et 2008, les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 4,3% selon toujours l’OIT. Comme quoi, le tourisme mérite une politique claire pour son développement et devrait obtenir de l’Etat et des partenaires un  soutien plus significatif pour créer des emplois, générer de la croissance et réduire la pauvreté.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Lundi 16 Mai 2011