Huit communes du district de Brickaville sont bénéficiaires du soutien du PPRR (programme de promotion des revenus ruraux) et sous le concept de «  le bambou pour tous et pour tout ». A travers les associations et pépiniéristes locaux, le programme compte cultiver des bambous sur une surface de 200 ha. La plantation est fortement conseillée  dans la mesure où il joue un  rôle très important dans le développement social et environnemental. Jusqu’à ce jour le bambou est rarement utilisé  et  n’est pas traité correctement

Potentiellement exploitables, les bambous peuvent nous procurer des vins, du sucre, du charbon et des papiers. Les tôles, les meubles, les instruments de musique s’obtiennent à partir de la   transformation du bambou.  L’île possède environ 35 espèces de bambou endémiques. Poussant très vite, ils stockent beaucoup de CO2 près de 40 tonnes par an et par hectare.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Lundi 02 Mai 2011