Dans la mesure où 60% de la population malgache, soit 12 millions sur les 20 millions  sont des jeunes, ces derniers ne peuvent qu’avoir  des décisions cruciales en matière de développement Madagascar. Convaincus de cette conception, 32 jeunes ont uni leurs forces pour atteindre  une vision très large : d’ici 2015, au moins 50% des jeunes sont conscients d’être acteurs du développement en participant à la vie sociale, économique et politique du pays.

Réveiller le patriotisme des jeunes, promouvoir le principe du volontariat, accroître le civisme des malgaches à travers l’éducation, contribuer à l’assainissement des pratiques  et de la culture politique, promouvoir et inculquer les valeurs fondamentales telles que la démocratie, la liberté, le respect d’autrui et l’éthique. Ce sont en résumé les objectifs que le mouvement Liberty 32 tente de défendre. Ayant vu le jour au mois de Septembre 2010, c’est est une  association apolitique  regroupant des jeunes volontaires et motivés pour l’engagement civique des jeunes.

Pour cela, les membres prévoient différentes activités. On peut citer entre autres, l’émission de débat sur RTA intitulée «  Kozy Liberty ». Une émission qui  encourage les jeunes à s’exprimer et à défendre leurs idées et convictions personnelles. Mais, ils comptent également publier un journal bimestriel «  Ezaka », de monter un projet de réforme de la scène et de la culture politique malgache, de distribuer des manuels d’éducation civique, d’organiser plus de ciné-débats et de talk-shows où des invités de marque seront de la partie. Par ailleurs, ils prônent l’écoute, le patriotisme, l’engagement, la fierté, la disponibilité, les droits et les devoirs en valorisant la diversité, la transparence, le volontariat, la loyauté et la neutralité.

C’était lors de la présentation officielle de l’association au Madagascar Developement Learning Center Anosy, vendredi dernier que le coordinateur général, Hasina Raveloson a attiré l’attention de plus d’un que «  le rêve que dans un avenir proche, Madagascar ne présente plus le spectacle de misère et de dégradation ».

Extrait La Gazette de la Grande Île –  Lundi 18 Avril 2011