L’eau qui coule de nos robinets est-elle vraiment potable? La JIRAMA assure la qualité de l’eau, laquelle fait l’objet de contrôles stricts et réguliers avant d’emprunter le réseau souterrain de distribution.

Débris d’impuretés au fond du seau, couleur rougeâtre de l’eau du robinet par moment, la qualité de l’eau courante qui coule des robinets est source d’interrogations chez certains usagers. Car si la Jirama assure bel et bien la qualité de l’eau à distribuer aux tananariviens et les populations environnantes, l’état des canalisations qui conduisent cette eau effectivement potable, jusqu’aux robinets des usagers, laisse ces derniers s’interroger sur la qualité de l’eau qui leur parvient. Interrogations légitimes dans la mesure où certains conduits d’eau potable se trouvent dans un état de dégradation fort avancée.

Travaux de remplacement. Ces constats ont été faits par des usagers, parfois par hasard, à l’occasion des travaux de rénovation ou de renouvellement des tuyaux du réseau souterrain de distribution d’eau. Effectués dans de nombreux quartiers de la capitale depuis quelques mois, ces travaux consistent à remplacer des tuyaux et conduits d’eau courante, déjà très anciens, par de nouvelles installations, plus grandes et plus conformes aux normes sanitaires. Force est alors de constater, lorsque sont sortis de terre ces tuyaux datant pour la plupart d’il y a plus de 50 ans et souvent faits de matières comportant du plomb, qu’ils ne pouvaient être non porteurs d’impuretés et de micro-organismes invisibles à l’oeil nu, vu leur état : des plaques de moisissure noirâtre se sont formées au fil des années à l’intérieur de ces tuyaux et en tapissent les parois.

Peu rassurés. Les usagers, en voyant l’état de ces tuyaux anciens, ne pouvaient s’empêcher de se demander si l’eau qui a emprunté ces conduits pour arriver jusqu’à leurs robinets était bien aussi potable qu’ils le croyaient. « Heureusement, qu’ils sont maintenant remplacés, mais auparavant, quelle eau avions-nous alors utilisée et souvent bue ? », s’exclame un habitant d’Ivandry où, justement, des travaux de remplacement de tuyaux d’eau ont été effectués il y a quelques semaines. Quid alors des autres conduits d’eau, tout aussi anciens, mais encore en attente d’être remplacés ? Car même dans le cas où ceux-ci figureraient déjà parmi les installations anciennes prévues d’être remplacées, les usagers concernés ne sont pas vraiment rassurés sur la qualité de l’eau qui leur parvient, en attendant l’effectivité des travaux.

Extrait Midi Madagasikara – Mercredi 13 avril 2011