Tous les opérateurs économiques oeuvrant dans la filière or ont tenu une rencontre le vendredi dans la région Betsiboka. Le but de cette rencontre qui a eu lieu à Maevatanana, à la chambre de commerce est de régulariser le secteur en apportant quelques touches. Les exploitants ont évoqué, lors de cette réunion, la rareté des zones d’exploitation. La plupart de ces zones ont des propriétaires et par conséquent, les petits exploitants ont du mal à en trouver.

Madagascar est un pays très riche en ressources minières. D’après les estimations, le pays produit, en moyenne, plus de 5 tonnes d’or par an. Plus des 2% de la population sont des chercheurs d’or. Au niveau de la fiscalité, l’or peut contribuer à la hauteur de 0,5% des recettes fiscales. Mais comme d’autres filières, le mal exploitation et la surexploitation peuvent causer des torts à la population. L’or tend à disparaître et la raréfaction des zones d’exploitation en est la preuve vivante. Les répercussions se font sentir au niveau des simples acheteurs. Les prix ne peuvent qu’afficher des hausses. Le gramme s’achète à plus de 70 000 Ariary chez les orpailleurs pour finir à 100 000 Ariary chez les détaillants.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mercredi 06 Avril 2011