Dans le cadre de la promotion du tourisme de l’Océan Indien, des circuits reliant Madagascar, Maurice et Seychelles, par exemple, sont créés. « Les produits touristiques de chaque pays sont complémentaires, comme le palace de luxe à Maurice, les faunes et flores endémiques de Madagascar et le carnaval de Seychelles. Il appartient aux agences réceptives de les organiser ». Patricia Rajeriarison, consultante en matière de développement du tourisme, au sein du cabinet Hermès Conseil, l’a évoqué à l’issue du séminaire pour le renforcement de capacité des organisations intermédiaires du secteur privé des Etats ACP sur financement de PROINVEST de l’Union Européenne.

Tarifs préférentiels. Les touristes chinois sont très intéressés par ce type de voyage combiné. Par contre, une alliance entre les compagnies aériennes de ces pays de l’Océan Indien s’avère indispensable pour améliorer l’accessibilité entre les îles. Cela peut se faire par la mise en commun des capacités des sièges tout en appliquant des tarifs préférentiels pour les touristes. C’est d’ailleurs l’objet de la discussion de tous les participants à ce séminaire à Maurice du 28 au 31 mars prochain. « Et si l’on veut prioriser le secteur touristique, il faut le traduire par des actes », souligne Patricia Rajeriarison. L’Etat a un grand rôle à jouer à part les efforts des opérateurs pour développer ce secteur. On peut citer entre autres, la facilitation des procédures d’entrée des touristes, l’amélioration des zones d’accès aux sites et l’ouverture des lignes aériennes pour permettre d’augmenter le nombre des vols desservant le pays avec le reste du monde.

Extrait Midi Madagasikara – Vendredi 25 mars 2011