Depuis huit ans sur les bords de la Seine, les poètes du monde noir et d’ Ailleurs se rencontrent pour « se  connaître entre eux et se faire connaître par ceux qui pratiquent la langue dont ils sont fiers de porter la bannière »comme l’affirmait Jacques Rabemananjara, le premier parrain de ce festival fondé par Thierry Sinda. Cette année le 8e Printemps des poètes des Afriques et d’Ailleurs, parrainé par le poète de la négritude Martial Sinda, se tient du 17 au 20 mars à Paris et  est placé sous le signe des poètes des outremers d’hier et d’aujourd’hui et rendra  hommage à René Maran, le père de la littérature négro-africaine moderne (Prix Goncourt 1921). Plusieurs poètes malgaches prendront part à ce festival. Y seront présents notamment : Ferdy Jaofera (vice-président de l’UPEM  France,  qui a publié dernièrement de nombreux recueils en français et en malgache), Francine Ranaivo  (la nièce du grand poète Flavien Ranaivo, a publié en revue, et figurera dans l’Anthologie Poèmes  d’amour des Afriques et d’ Ailleurs), Antsiva (la poétesse-pasteur qui a contribué à créer une  école de 500 élèves située à quelques kilomètres de Tananarive. Elle a publié plusieurs recueils), Pascale Rabesandratana( poétesse et nouvelliste auteur de Les poèmes d’amour Fleurissent et A corps d’âme aux éditions Le Manuscrit) et Houria (malgacho-comorienne, Spécialiste  des poèmes biographiques et événementiels. Elle publie sous forme de fascicule  et a publié dans  plusieurs anthologies). Tous ces poètes sont engagés à la fois pour combattre les injustices du pays qui les accueille, et pour développer leur pays d’origine. Ils font aussi un travail de  mémoire par rapport à l’histoire coloniale qui lie leur pays à la France. En cela, ils contribuent  au mouvement de la néo-négritude lancé par Thierry Sinda, le président du festival.

Extrait Midi Madagasikara – Vendredi 11 Mars 2011