« La Haute ville est un lieu privilégié de par son histoire, ce qui la rend propice à abriter ce qui sera la vitrine de l’artisanat haut de gamme de la capitale », explique Ravo Lalaina Razafindrazaka, architecte chargée par l’Institut des métiers de la ville (IMV) et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) du projet de création d’un village artisanal sur la place Andohalo.

Ce projet s’inscrit dans le programme plus global de valorisation de la place, dont l’aménagement du jardin, inauguré en janvier 2009, a constitué la première phase. Outre la création du village, la seconde phase comportera divers travaux de clôture et de réparation du mobilier urbain, ainsi que le réaménagement des terrains de sport.

Dix kiosques d’artisans seront construits d’ici quelques mois sur la place Andohalo, dont chacun sera consacré à une spécialité de l’artisanat traditionnel, comme la vannerie ou le tissage. Les artisans, qui pourront être 2 à 4 par kiosque, seront sélectionnés selon un cahier des charges très strict, car ils devront révéler toute la richesse de l’artisanat de la région Analamanga.

Vitrine artisanale, le village sera aussi une vitrine architecturale. En effet, la forme des bâtiments a été définie en respect de la tradition architecturale de la Haute ville. Ainsi, les briques des murs seront apparentes ou enduites selon un des nuanciers précis, et les toitures seront en tuiles et en pente.

L’appel d’offres pour ce projet sera lancé dès que le chantier actuel de l’IMV, celui de la rénovation de la ligne de taxis-be 119, sera terminé, soit en mars. Les travaux, quant à eux, sont prévus commencer dès le mois d’avril 2011, et devraient durer quelques mois.

La création du village artisanal d’Andohalo, soutenue par les ministères du Tourisme et de la Culture, sera financée par la région Ile de France, dans le cadre de la coopération décentralisée avec la CUA. Les fonds, validés, sont en cours de déblocage.

Extrait Les Nouvelles – vendredi 11 février 2011