Les pluies sont tombées à verse par certains endroits de l’ancienne province d’Antananarivo. Les travaux culturaux ont pu reprendre comme d’habitude. Cela fait maintenant trois ou quatre jours que les pluies sont tombées, même dans les régions côtières. Dans la région Atsinanana, les techniciens de l’agriculture ont profité du retard des pluies pour tenter de faire adopter par les riziculteurs la méthode Laulanié qui consiste à utiliser des plants de riz de 8 jours pour le repiquage et à maîtriser l’eau des rizières. On ne sait si les riziculteurs seront convaincus des résultats, mais à quelque chose malheur est bon.

Ailleurs, dans les environs de la capitale, les pluies sont finalement arrivées à temps car les rizières et les plants de riz repiqués commençaient à souffrir de la sècheresse. Les tanety ont commencé à changer de couleur car les travaux des champs ont pu reprendre et s’intensifient. Quant aux citadins, ils craignent l’inondation avec ces pluies en début de soirée et nocturnes.

Quoi qu’il en soit, et malgré les fortes pluies de ces deux derniers jours, la côte d’alerte des eaux est encore loin d’inquiéter les services concernés. Les eaux ont certes monté mais seulement de 0,64 mètre. La côte d’alerte est de trois (3) mètres.

Interrogé par la presse à propos des précipitations pour ce premier trimestre 2011, une responsable des services de la Météorologie indique que d’une manière générale, il n’y aura pas de déficit de précipitation dans toute l’île. Seul le mois de février connaîtra des situations de grandes variations climatiques, c’est-à-dire qu’on peut craindre des inondations dans la partie australe tandis que les autres parties de l’île seront plus sèches. Mais le mois suivant, tout devrait revenir à la normale si l’on a bien compris.

Du point de vue des températures, les mois de janvier et mars seront plus chauds que d’habitude pour la partie septentrionale de l’île ; par contre le climat sera plus clément pour la partie australe.

Extrait Madagascar Tribune – mardi 25 janvier 2011