Madagascar n’est pas épargné par le changement climatique, étant classé troisième pays à risque après le Bengladesh et l’Inde. Une quinzaine de régions seront menacées par la sécheresse au mois de février à cause de l’insuffisance des pluies.

La sécheresse est à craindre au mois de février dans une quinzaine de régions de l’île à cause de l’insuffisance des pluies sans négliger les températures qui s’annoncent encore plus torrides. Cette prévision provient du rapport des spécialistes en recherche sur la variabilité climatique de la direction de météorologie en l’occurrence Nirivololona Raholijao, chef de service et Voahanginirina Ramiandrisoa, chef de division.

Alaotra-Mangoro, Analamanga, Analanjirofo, Sud-Est, Est, Betsiboka, Boeny, Bongolava, Diana, Itasy, Melaky, Sava, Sofia, Vakinankaratra, Vatovavy-Fitovinany. Telles sont les 15 régions qui seront menacées par la sécheresse en février, d’après la prévision de la direction de la météorologie pour le premier trimestre. Une prévision qui n’est pas du tout étonnante face au changement climatique dont les répercussions se ressentent dans dans la Grande île. D’après un récent rapport sur l’index de la vulnérabilité sur le changement climatique réalisé par Maplecroft, Madagascar est classé 3è pays à risque après le Bengladesh et l’Inde.

Et de la chaleur…

L’insuffisance des pluies et le réchauffement des températures sur la planète ont aussi beaucoup perturbé le climat dans le pays surtout en cette saison des pluies et des cyclones. Les pluies tardent à venir et la chaleur est devenue insupportable sur tout le territoire menaçant les régions précitées de sécheresse notamment dès le mois de février. D’après la prévision des spécialistes en recherche sur la variabilité climatique, les valeurs normales des températures les plus chaudes varient entre 26,5°C (Antsirabe) et 32°C (Nosy Be). Paradoxalement, la sécheresse ne touchera pas la partie Sud de l’île car, par exemple, Toliara a été frappé par des pluies abondantes la semaine dernière qui ont engendré des inondations. Il est évident que la sécheresse va avoir des impacts sur la vie quotidienne de la population comme le tarissement des sources d’eau, la baisse de la productivité agricole, la dégradation de la santé humaine…

Des crues et inondations dans le Sud

Pour dire que la situation a tendance à s’inverser. Le risque des crues de rivières et des inondations est à craindre dans la partie Sud touchant les régions de l’Amoron’Imania, de la Haute-Matsiatra, de l’Ihorombe, de l’Androy, de l’Anosy et du Menabe. Et ce, à cause de l’abondance des pluies depuis le mois de décembre même si les températures s’annoncent moins chaudes. Par contre, ces conditions climatiques sont favorables à l’agriculture permettant déjà d’envisager une bonne récolte à partir du mois de juin prochain. Toutefois, l’abondance des pluies est à double tranchant car elle menace les zones basses d’inondations surtout si celles-ci ne disposent pas d’infrastructures d’évacuation adéquates.

En parlant de crues, le service de la météorologie a annoncé que des pluies abondantes vont arroser Mahajanga, avec les conséquences qui pourraient en découler.

Extrait Les Nouvelles – mardi 18 janvier 2011