Emploi du temps surchargé pour le président du Tourisme sans frontières (TSF) Marc Dumoulin. Il est de retour à Mahajanga depuis le 1er janvier pour une mission d’expertise, dans le but de mettre en place un plan de développement d’un tourisme durable à Mahajanga et dans la région.
Le projet entre dans le cadre de la convention triennale de coopération décentralisée entre la commune urbaine de Mahajanga et la ville de Mulhouse, France, et de l’Institut régional de coopération développement ou Ircod, en Alsace.

« Je suis agréablement très impressionné par la présence massive des opérateurs touristiques et autorités locales aujourd’hui. La dernière fois ce n’était pas le cas. C’est un bon signe pour l’avenir du tourisme à Mahajanga. Cette grande mobilisation permettra de créer une dynamique collective par rapport à la destination Mahajanga », a assuré Marc Dumoulin.
Ainsi, il a déjà enchaîné réunion sur réunion depuis le jeudi 13 janvier avec les opérateurs touristiques locaux. Les deux séances de restitution organisées ont été l’occasion pour lui d’établir un rapport de mission et enquêtes qu’il a effectué, lors de sa première mission à Mahajanga en octobre dernier.
Mais aussi de discuter de l’organisation du workshop et de l’éductor avec les tours opérateurs et de la commercialisation de la destination (Tout Mada et des sites de réservation), et de la mise en ligne des hôtels par un central de réservation pour une réservation par Internet.

Stagiaire
La ville de Mahajanga possède des très bonnes potentialités. Les sites touristiques, la fréquentation touristique, l’accès à Mahajanga ainsi que les infrastructures nécessaires pour l’accueil des touristes. Toutefois, il reste encore des points à améliorer.
« Mahajanga possède l’un des plus beaux bords de mer d’Afrique. Il peut rivaliser avec les belles promenades dites «anglaises». Le littoral est quasi vierge sur une quinzaine de kilomètres, il est magnifique et bordé par de sables fins. Les éléments d’insécurité sont toutefois les épisodes cycloniques, les risques de maladie tropicales et l’absence de signalétiques au sein de la ville », a indiqué encore Marc Dumoulin.
Ainsi, l’arrivée d’un stagiaire master 2, en tourisme de l’Université de Lyon à partir de la mi-février jusqu’en juin à Mahajanga résoudra ce problème. Il sera là pour aider au montage d’un dossier sur le tourisme. Les signalétiques figureront aussi parmi le projet avec le stagiaire de tourisme.
Le président de TSF a également rencontré les artisans de Mahajanga, comme le tourisme est indissociable de l’artisanat. La création d’un label de l’artisanat de Mahajanga est figure aussi parmi le projet destination Mahajanga.

Extrait l’Express de Madagascar – Mardi 18 janvier 2011