Le système de riziculture intensif est une technique de culture qui permet de décupler le rendement. Le programme de promotion des revenus ruraux aide les agriculteurs grâce aux formations.

« Le S.R.I. m’a permis de quadrupler mon rendement de 2,5 à 8 tonnes. Depuis, je peux mieux nourrir ma famille et faire des économies pour l’achat des intrants agricoles et d’autres besoins », témoigne Rabeson de Marofarihy, commune rurale d’Ampasimbe Onibe, District de  Toamasina II. Étant un des agriculteurs à avoir bénéficié du soutien du PPRR (Programme de Promotion des Revenus Ruraux), un programme financé par Fida et le  gouvernement malagasy, l’OFID, l’Union Européenne à travers le Parecam, Rabeson a suivi une formation  sur les techniques de système de riziculture intensif. Le SRI est une technique culturale basée sur le repiquage en ligne des jeunes  plants de riz de 8 jours, nécessitant une bonne maîtrise d’eau et un minimum d’intrants, ainsi que de matériels agricoles (semences améliorées et sélectionnées, sarcleuse, engrais biologiques, dolomie pour les sols acides, NPK, urée comme fumure d’appoint). Il s’agit d’une technique qui peut augmenter la production jusqu’à 7 à 10 T/ha au lieu de 1-2T/ha seulement.

Vulgarisation. A cause du retard de la pluie, qui décale jusqu’en fin février, les travaux de repiquage ont un impact sur le calendrier cultural du riz. Néanmoins, les populations de la région Analanjirofo et Atsinanana ne rencontrent pas de problème de crise alimentaire. Grâce à la nouvelle technique de SRI, les riziculteurs ont augmenté considérablement leur rendement. Le projet  soutenu par le PPRR, consiste ainsi à accroître les revenus des producteurs grâce à l’appui technique, financier et matériel des associations des paysans pour l’application de ces nouvelles techniques rizicoles. "Nous allons capitaliser les acquis en maîtrise d’eau des infrastructures hydroagricoles, tous les périmètres que nous avons aménagés seront ciblés par cette vulgarisation du SRI pour augmenter d’une manière significative les productions rizicoles", explique SESY Soja, Coordinateur du Programme PPRR. Jacques, lui, est convaincu par cette nouvelle technique. « Avant, mon rendement était de 1,5t/ha, depuis que PPRR m’a formé en SRI en 2007, ma production passait de 6 t à 10 t à l’hectare. Mes semences diminuaient de 30 à 3 kg ». Une initiative qui devrait être généralisée afin d’en faire bénéficier tous les riziculteurs de l’île.
Extrait Midi Madagasikara – lundi 17 janvier 2011