Une sépulture « vazimba » et deux habitats ont été découverts l’an dernier par l’équipe d’archéologues d’Ambatovy, dans le périmètre de la mine. C’était dans le cadre des fouilles de sauvetage menées dans l’Ankay Bezanozano où se développe la forêt d’Ambatovy et dont les résultats ont montré ces découvertes inédites pour l’archéologie malgache et l’histoire de la Région Alaotra Mangoro. Des travaux d’expertise ont été réalisés en collaboration avec l’Association desArchéologues de Madagascar  (ADAM) sur le site culturel d’Ambohitranivo Behontsa. Celui-ci se trouve à l’ouest du site d’exploitation minière, sur lequel se trouve la route  By-pass servant le projet Ambatovy.

Les fouilles d’Ambohitranivo Behontsa ont également permis de mieux comprendre le pays Bezanozano et le secret de ses monuments « perdus » dans la forêt. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la valorisation de l’histoire et de la culture des habitants de l’Ankay par le projet  minier.  Bien entendu, l’existence de tels sites culturels, a fait l’objet d’une attention particulière, puisque le projet Ambatovy a détourné le tracé du pipeline à chaque fois qu’un site culturel ou archéologique s’est présenté.
Actuellement, l’équipe des archéologues continue ses travaux. Elle a pu, jusqu’à présent, collecter, traiter et interpréter plus de 4.800 vestiges archéologiques, conservés au Centre d’Etudes Régional Ethnologique et Linguistique de Toamasina (CEREL). Les archéologues ont également inventorié plus de 120 sites d’intérêt archéologique.

Extrait Midi Madagasikara – lundi 10 janvier 2011