De janvier à septembre 2010, le nombre des touristes venus à Madagascar est de 142 300 selon les statistiques du ministère du Tourisme et de l’Artisanat. Sur la même période en 2009, il était de 119 352. Cela veut dire qu’une hausse de 19,22% est constatée en 2010. Concernant les recettes, le secteur a enregistré 153,3 millions de dollars sur les 9 premiers mois de l’année, contre 121,3 millions de dollars en 2009 sur la période étudiée.

Le tourisme fait partie des rares secteurs dont la reprise est assez rapide après les troubles et violences politiques du premier semestre 2009. C’est grâce à la poursuite des actions de promotion via notamment la présence de Madagascar dans les grands salons internationaux et au soutien du ministère en charge du secteur. Certes, le secteur est encore loin du nombre record d’arrivées des touristes de 267 480 de janvier à septembre 2008, mais la reprise est là. Les chiffres de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) sur la consommation de carburant aviation l’attestent. En septembre, les livraisons de jet enregistrent une hausse de +16% par rapport à 2009. Sur les 9 premiers mois de l’année, elles affichent une augmentation de +40%. En fait, la stabilité de la situation sur place incite les touristes à venir.

Mais sans les actions de sensibilisation menées dans les salons internationaux, ils auraient complètement déserté la destination étant donné que certains médias tant nationaux qu’étrangers ont tendance à gonfler tout petit incident en un événement dramatique. Comme le secteur textile pourtant, le tourisme est également marqué par la volatilité du marché. Et la crise économique mondiale n’est pas pour arranger les choses. Il faut seulement souligner que la destination comme Madagascar ne devrait pas trop souffrir des impacts de cette crise mondiale, elle mise, en effet, sur un segment de clientèle dont le pouvoir d’achat est plutôt élevé. Il s’agit de retraités, de jeunes cadres etc. Malgré tout, le pays aura encore à déployer beaucoup d’efforts pour attirer le maximum de touristes et redresser la situation pour revenir à des meilleures statistiques et recettes, comme en 2008. Car si l’on fait la comparaison des livraisons de jet entre les 9 premiers mois de l’année 2010 et ceux de 2008, elles sont encore en régression de – 11%.  Les recettes du secteur du tourisme correspondent à ce niveau de consommation en carburant aviation : elles étaient de 243,8 millions de dollars sur les 9 premiers mois de 2008, contre 153,3 millions de dollars cette année.

Le tourisme est un secteur volatil mais jusqu’à preuve du contraire, il est depuis des années dans le peloton de tête pour faire rentrer plus de devises à Madagascar. Il a été certes dépassé par les recettes issues des trafics illicites de bois de rose en 2009, mais une bonne partie de ces recettes est allée dans les poches d’une vingtaine de personnes. De plus, les saccages des forêts de bois de rose sur le littoral est et nord-est du pays ont porté un coup dur sur l’image de Madagascar à l’extérieur. Comme quoi, il ne s’agit pas seulement de tranquilliser les professionnels étrangers du voyage et les touristes potentiels, mais également de redorer l’image du pays.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mardi 23 Novembre 2010