Ce transfert de gestion porte sur la forêt de la commune de Bevata dans le district de Vangaindrano. Il a été signé le 30 octobre dernier dans cette commune et concerne 16 000 ha dont 8 000 ha réservés à la zone de conservation. Cette forêt fait partie du corridor forestier Fandriana – Vondrozo qui va jusqu’aux forêts de Midongy et de Befotaka.

Après la prospection effectuée par l’antenne de WWF de Midongy, cet organisme a aidé à la création de communautés de base en juin 2009 et les a encadrées pour le transfert de gestion. La signature effectuée dernièrement porte sur une convention incluant un cahier de charges, un « dina » (ou pacte communautaire), un plan d’aménagement et de gestion simplifié. Le terroir à transférer aux communautés de base comprend quatre zones distinctes, à savoir la zone de conservation, la zone de droit d’usage que les communautés peuvent utiliser selon leurs besoins, la zone de restauration et la zone d’agriculture. Trois communautés de base, Maitsoanala, Mihary et Fitama vont gérer ces différentes zones pendant 3 ans. Si leur gestion est satisfaisante, le transfert s’étendra sur 10 ans.

Notons que ces terroirs ne sont pas cédés aux communautés. Celles-ci les gèrent et les autorités concernées effectuent régulièrement des contrôles sur les zones gérées par ces communautés. Ces dernières assument également leurs propres contrôles. La communauté Maitsoanala compte, par exemple, 81 membres qui s’engagent à contrôler, à sensibiliser sur la lutte contre les feux de brousse. Seulement, ces tâches ne sont pas aisées étant donné que seul un membre est lettré. Il faut toutefois noter que cette communauté compte beaucoup de membres féminins. Quant à la Fitama, elle compte 80 membres dont 60% d’alphabétisés mais elle n’enregistre aucune femme membre. Le principal problème sur le terroir à gérer porte sur les cultures sur brûlis. Pour la communauté Mihary forte de 123 membres, 20 à 30% sont lettrés. Elle a à gérer une forêt encore très dense. Mais le défrichement tout autour menace cette forêt. D’où la conscientisation et la responsabilisation des communautés de base via le

Le transfert ne se limite pas à la conservation des forêts. Grâce aux différentes zones et au plan d’aménagement et de gestion, il autorise les communautés à tirer des revenus de ces terroirs et/ou à utiliser une partie pour leurs propres besoins. Conservation et développement vont donc de pair. Le 30 octobre dernier, la signature effectuée à Bevata a vu la présence du directeur régional de l’environnement et des forêts, Jean Joseph Randrianarijaona, des responsables de WWF d’Antananarivo, de Fianarantsoa et de Midongy ainsi que le maire de Bevata.

Extrait La Gazette de la Grande Île –  Lundi 08 Novembre 2010

transfert de gestion de ces terroirs.