Le salon international du tourisme Enjoy Madagascar organisé par l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) se tiendra à Antananarivo du 2 au 5 décembre prochain. Dans la ligne d’idée d’effectuer conjointement la promotion des six îles de l’océan Indien, les structures de promotion de ces îles seront présentes à ce salon. Les compagnies aériennes desservant ces îles le devraient aussi.

Concernant le label Iles Vanille, deux compagnies s’y sont intégrées, à savoir Air Austral et Air Seychelles. La compagnie nationale malgache ne s’en fait pas, d’autant plus qu’elle dispose de son propre réseau océan Indien incluant l’Afrique du Sud et le Kenya ainsi que le Pass Sésame autorisant sur un mois durant la circulation sur ces îles et dans ces pays pour un seul billet à tarif unique. En fait, Air Madagascar est la seule compagnie de la région à disposer d’un tel réseau. Les responsables de la promotion du tourisme reconnaissent que la clé de la promotion est la desserte aérienne et l’hébergement. A terme donc, les compagnies desservant la zone devraient être intégrées dans le label unique. Parmi les outils de promotion du tourisme, il y a aussi la participation à des salons. Madagascar est actuellement au salon Régal, Tourisme et Foire internationale de La Réunion qui fermera ses portes le 7 novembre prochain. C’est l’un des salons les plus connus dans la zone. 

Initié en 1984, il a intégré le tourisme en 2004 et en la dernière édition remonte à 2006 à cause des travaux sur le parc d’exposition de Saint-Denis. Cette année, les organisateurs comptent sur plus de 30 000 visiteurs pour plus de 300 exposants et plus de 500 stands étendus sur 24 000 m2. Malgré la crise économique, ce salon draine du monde car les Réunionnais aiment (re)découvrir leur île d’origine, déguster, concrétiser des projets de voyage. Pour l’édition 2011, le salon pourrait changer de forme et s’orienter probablement vers les saveurs créoles dans le monde. Il faut toutefois souligner que le tourisme, la gastronomie et l’artisanat sont des secteurs complémentaires et peuvent ainsi faire l’objet d’un seul salon. Une carte à jouer pour les professionnels de ces secteurs et ceux du secteur de l’événementiel.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mercredi 03 Novembre 2010