Prospecter les marchés chinois, australien, ou encore indien. Ce sera l’un des gros avantages de l’intégration de Madagascar à la mise en place du label Iles Vanille. Lors d’une séance de travail des responsables de la promotion du tourisme des six îles de l’océan Indien à La Réunion la semaine dernière, le président de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), Joël Randriamandranto a expliqué : « Ce label en cours de mise en place nous permettra d’élargir nos marchés et de ne plus nous limiter ainsi aux marchés traditionnels comme l’Europe. Il devrait même nous pousser à aller plus loin étant donné que nous disposons de plusieurs atouts dans le secteur du tourisme. Le projet Iles Vanille fera la promotion conjointe de six îles (Madagascar, Maurice, La Réunion, les Comores, Mayotte et les Seychelles) auprès des professionnels du voyage et des clients. L’idée est de leur donner le réflexe de penser aux îles de l’océan Indien comme ils le font pour les îles Caraïbes ». Ces dernières font partie des destinations phares en matière de tourisme, et elles drainent une foule de touristes grâce à ce label commun.

 Pour ce qui est du label Iles Vanille, il s’agit de mutualiser les moyens et les ressources pour la promotion des six îles de l’océan Indien sous cet unique label. Pour Madagascar, le projet se concrétisera par l’élaboration de deux Plans de travail annuel (PTA). Le premier sera financé par le budget de l’Office et portera sur les actions que l’Office mène régulièrement pour la promotion. Le deuxième sera élaboré avec les structures de promotion des six îles. Il concernera des actions d’envergure communes qui visent toujours la promotion mais cette fois-ci celle de toutes ces îles. Ce PTA fera l’objet d’une demande de financement auprès des bailleurs de fonds. Les responsables de la promotion sont confiants sur ce sujet car il s’agit d’un projet commun à retombées importantes pour un secteur qui contribue également au développement d’autres secteurs comme l’agriculture, l’artisanat. Avant le 15 novembre, le plan d’action 2011 avec les six îles devra être bouclé. Il devrait permettre à Madagascar de participer pour la première fois au salon de plongée sous-marine de Cannes en France.

La participation à des salons thématiques comme celui sur la plongée coûte cher, alors que Madagascar dispose d’une large gamme de produits touristiques. Grâce à la mutualisation des moyens, Madagascar pourra en faire la promotion avec les six îles. Mais même pour la participation aux salons internationaux comme l’ITB Berlin ou Indaba en Afrique du sud, le label unique pourrait à terme la financer. De quoi permettre à l’ONTM d’affecter une bonne partie de ses ressources financières à la conquête de nouveaux marchés. Les responsables de la promotion de Mayotte avancent, de leur côté, que le label sera synonyme de complémentarité et de promotion de l’identité propre à chaque île. Pour Mayotte, celle-ci est axée sur les origines africaines et le premier parc marin d’outre-mer. Quant à l’île Maurice, elle accueille à bras ouverts le concept Iles Vanille qui répond au nouveau mode de vacances stimulé par l’Internet, le besoin en expériences et découvertes variées des touristes, etc. La mutualisation est d’ailleurs un moyen de faire face à la concurrence asiatique. Elle permettra de faire connaître les six îles comme l’une des zones où la sécurité des touristes est garantie.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mercredi 03 Novembre 2010