Les feux de brousse se sont aggravés ces derniers temps dans presque toutes les régions de l’île. L’on pouvait surtout le constater le long des grands axes nationaux, comme entre autres sur la Route Nationale 7 reliant la capitale à la ville de Toliara. C’était comme si les gens se mettaient sur la même longueur d’onde pour incendier les forêts bordant ladite infrastructure routière.

Face à l’aggravation du phénomène, le pouvoir transitoire a récemment organisé un conseil interministériel dont l’objectif est de trouver une solution à ce fléau national. Aussi a-t-il lancé des appels à travers les médias publics pour une meilleure sensibilisation des gens, et pour que tout un chacun prenne conscience de la gravité de la situation actuelle. Outre ces mesures de prévention, les autorités de l’actuelle Transition prévoient également des sanctions à l’encontre des récalcitrants. Des gestes qui, il faut le dire, pourraient provoquer les mécontentements et qui, par voie de fait, risquent d’aggraver les choses à l’approche des différentes élections dans le pays.

Au vu de la réalité sur place, la véritable issue à ce problème ne pourra survenir qu’avec les premières pluies qui s’abattront sur la région. Ce qui semble être le cas dans le Centre-Sud ou encore dans le Sud-ouest. En effet, depuis le 22 octobre, la pluie est tombée assez fortement à partir de la partie sud d’Ambalavao jusqu’à Toliara. Comme il a plu dans ces localités durant le week end dernier, l’on espère que cela se poursuivra jusqu’à la fin de l’année.

Plus au Nord, il a certes plu mais pas assez pour freiner les feux de brousse qui gagnent de plus en plus de terrain à mesure que les campagnes électorales ainsi que les élections à venir battent leur plein ou pointent à l’horizon. Cela dit, il faut dire qu’il fait très chaud dans la journée mais il ne pleut pas comme on le voudrait. Si dans le Sud-Ouest, l’on s’est étonné de l’arrivée de ces pluies exceptionnelles ; sur les Hauts-Plateaux, l’on se plaint toujours de ne pas avoir la dose convenable de pluie. Le bouleversement climatique y est sans doute pour quelque chose…

Protection de l’environnement: Des gendarmes formés spécialement

La gendarmerie s’est mobilisée hier à Kiangara dans le cadre de l’opération Danga, laquelle a été lancée officiellement par le général Raveloharison Herilanto samedi dernier à Ankazobe. Cent gendarmes spécialement formés y sont ainsi descendus sur le terrain pour conscientiser les villageois dans la lutte contre les feux de brousse, les initier à la mise en place de pare-feux, ainsi qu’aux techniques d’extinction des feux.

Cette centaine de gendarmes a reçu une formation spéciale concernant la protection de l’environnement. Le général de brigade Manankay Augustin, premier adjoint au commandant de la gendarmerie, est venu honorer de sa présence cette action inédite. Il a profité de l’occasion pour appeler les habitants à collaborer dans la lutte contre les feux de brousse qui doit être l’affaire de tout un chacun. Les raisons qui amènent certaines personnes à brûler la nature sont multiples. Il s’agit donc de les ramener à la raison par la conscientisation et, si cela ne réussit pas, par la répression puisque leur acte constitue un crime.

Reboisement, entretien des jeunes pousses, protection par la mise en place de pare-feux, constitution de comités de lutte contre les feux de brousse dans chaque fokontany et remise à jour des conventions collectives de lutte contre les feux de brousse : tout est mis en œuvre pour circonscrire ce fléau qui mine l’environnement malgache depuis des lustres. A quand donc une telle action de la part des autres entités ? Cette lutte ne peut être menée à bien sans l’adhésion de tous.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mardi 26 Octobre 2010