Le secteur Eau et Assainissement revêt une importance particulière pour l’Agence Française de Développement qui y a consacré 15 % des 4 milliards d’investissements mobilisés en 2008.

Dans ce secteur, l’atteinte des Objectifs du Millénaire passe cependant par une augmentation significative de l’Aide Publique au Développement, les financements disponibles aujourd’hui ne représentant que 5 % des ressources globales nécessaires à l’atteinte des OMD.

Dans ce cadre, et d’après les données de l’Action internationale pour l’accès à l’eau et l’assainissement dans les pays en développement, Bilan et caractérisation de la coopération décentralisée dans le secteur Eau et Assainissement Programme Solidarité Eau, il apparaît que les 4 principaux pays destinataires des engagements de la coopération décentralisée pour l’eau et l’assainissement sont le Burkina Faso (1 500 000 € annuels), le Mali (1 200 000 €), le Sénégal (1 100 000 €) et Madagascar (1 000 000 €).

Les principales zones géographiques destinataires des engagements de la coopération décentralisée Eau et Assainissement (E&A ) sont : l’Afrique subsaharienne francophone : Burkina Faso, Mali, Sénégal, Niger, Guinée, Cameroun, Bénin, Mauritanie, Togo, Tchad : certains pays du pourtour méditerranéen (Palestine, Liban, Maroc) ; Madagascar ; et les pays du Mékong (Vietnam, Cambodge, Laos)

L’engagement moyen par action peut varier significativement selon les pays. Il est significativement plus important dans les pays du Proche-Orient (Liban, Palestine) que dans les autres zones d’intervention.

Et le même document de préciser que durant la période considérée la Grande Ile a bénéficié d’un concours financier moyen par action d’un peu plus de 15 000 euros . Le nombre des actions étant chiffré à 64.

Bref, sur le Burkina Faso, le Mali, Madagascar, Haïti, le Sénégal, la Mauritanie, le Bénin et la Mongolie, les engagements annuels de la coopération décentralisée E&A représentent plus de 20% de l’Aide Publique au Développement française. Dans ce contexte, les zones d’intervention privilégiée de la coopération décentralisée E&A sont l’Afrique de l’Ouest francophone et Madagascar. Sur ces zones, la coopération décentralisée représente une part significative de l’APD française pour l’eau et l’assainissement.
Extrait La Gazette de la Grande Île – Mercredi 22 Septembre 2010