Les dégâts sont importants suite à un incendie qui s’est déclaré vendredi 17 septembre dernier, dans le Parc national de l’Isalo mais le sinistre est actuellement sous contrôle ; c’est l‘appréciation de la situation de la part du ministère de l’environnement : 8% de la superficie du Parc national de l’Isalo ont été dévorés par le feu, c’est-à-dire 6 500 ha sur les 81 500 ha du parc.

Tôt dans la matinée de dimanche 19 Septembre 2010, le ministre de l’environnement et des forêts, le Général Herilanto Raveloharison, accompagné du directeur général du Madagascar National Park (MNP) Guy Suzon Ramangason, ont été sur le site pour coordonner la lutte. Sur place, plus de 600 personnes, composés d’une centaine de gendarmes, des éléments du MNP, de guides et d’employés des hôtels et restaurants sont déjà à pied d’œuvre tandis que 6 voitures 4×4 appartenant à la Direction régionale de l’environnement et des forêts (DREF), à la Région d’Ihorombe, du MNP et de la Gendarmerie, font la navette pour transporter les volontaires vers la ligne de feu.

Plusieurs circuits sont touchés par le drame dont le circuit « Malaso » traversant un site géologique dont les Tsingy de l’Isalo dans la savane, la falaise d’Ampasimaiky et le « Loup de l’Isalo » et enfin le point de vue « Top » à 975m d’altitude. Ce circuit tire son nom des voleurs de zébus, qui utilisaient le labyrinthe naturel de l’Isalo.

Rappelons que le parc national Isalo compte plus de 400 espèces floristiques dont beaucoup d’entre elles sont endémiques de Madagascar tel le Catharantus ovalis qui est une plante médicinale que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde que dans l’Ihorombe et sur la plaine du Zomandao. La savane de l’Isalo est colonisée par des palmiers typiques de cette région : le « Satrana » qui résiste au feu. Pour ce qui est de la faune, on compte 14 espèces de lémuriens diurnes, 77 espèces d’oiseaux et nocturnes dont 8 introduites et 7 endémiques de Madagascar. Reptiles, amphibiens, carnivores, insectivores et rongeurs complètent la liste.

Créé en 1962 et géré par Madagascar National Parks depuis 1997, le parc est connu pour son ensemble écologique et est sillonné de rivières.

Pratiquement maîtrisé dans la journée de dimanche, le feu est canalisé vers les canyons et tous les pompiers sont rentrés, à l’exception du personnel technique de la DREF et du MNP. Trois suspects sont aux mains des enquêteurs : le premier pour défrichement sans autorisation suivi d’une mise à feu qu’il n’a pas pu maîtriser et les deux autres pour avoir fait un pare-feu à l’aide de feu (non avec l’aide de bêches) qui a peut-être été attisé par le vent fort de vendredi dernier. 

Pour le Parc, il sera rouvert aux touristes après un sérieux coup de nettoyage puisque de nombreux animaux ont pu miraculeusement échapper aux flammes.

Extrait Madagascar Tribune – mardi 21 septembre 2010