C’est une première à Madagascar. Une rivière, nommée site Ramsar. Nosivolo, une rivière située dans la partie Est de la Grande île, près de Marolambo dans la région Atsinanana, vient en effet d’être inscrite dans la convention internationale sur les zones humides, la convention de Ramsar, par le secrétrariat général de la convention de Ramsar, à Gland (Suisse) et le ministère de l’environnement et des forêts de Madagascar.  C’est ainsi le 7ème site Ramsar dans le pays. D’une superficie de 358.500 ha, il inclut la rivière Nosivolo et l’ensemble de ses bassins versants.

Ce « classement » est le fruit des travaux de conservation menés depuis cinq ans par la population et les autorités locales, le ministère de l’Environnement et des Forêts, Conservation International, Durell et le département de biologie animale de la Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, afin de sauver les 19 espèces de poissons endémiques menacées d’extinction que contient ce site, mais aussi dans le but d’améliorer la vie de la population des alentours qui dépend de cette rivière, explique-t-on du côté de Conservation International. En effet, les activités de recherches menées par le département de biologie animale de la Faculté des Sciences, ont permis de noter que les eaux de Nosivolo abritent ces 19 espèces de poissons endémiques dont 4 lui sont propres, à savoir le « Katria » (Katria ptychochromoides), le Songatana (oxylapia polli), le « blue Nosivolo », une espèce de Bedotia non décrite et une espèce de Rheocles, elle non plus, encore non décrite. A noter « l’adoption » par le district de Marolambo, du Songatana, pour en faire son espèce emblématique. D’où la création en 2006 du festival du même nom, qui se tient tous les ans depuis. Fortement engagée dans la conservation à grande échelle la population de la localité a institué un règlement de pêche et mis en place un organe de contrôle, incluant entre autres, la gendarmerie et le service forestier.

Extrait Midi Madagasikara – lundi 20 septembre 2010