Chaque année, Rajery et toute l’équipe de Valimad Production apportent une nouvelle touche à l’édition d’Angararedona. Cette année, ils ont fait appel à 3 artistes qui sont déjà très connus sous d’autres horizons.

Le musicien malien Ali Kaita fait parti de ce voyage. Initié par Georges Makinto, il s’oriente vers le jazz. Il a joué notamment avec Pharoah Sanders, Joe Zawinul, Rhoda Scott et Camel Zekri. Il enseigne le balafon à l’Institut national et supérieur des arts et de l’action culturelle (INSAAC) à Abidjan (Côte d’Ivoire), après avoir enseigné entre 1989 et 1995 au Centre de formation et de promotion musicales de Niamey (Niger). Aly Keita joue dans le trio "ALY KEITA & magic balafon" avec Hamid Gribi et Gert Kilian. Aly Keïta vous fait tantôt de la dentelle, façon harmonica de verres jouant Mozart, et tantôt vous emmène en brousse à la découverte de rythmes initiatiques. Son concert sera programmé au CCAC le 24 septembre prochain avec le guitariste Teta en première partie.
Originaire d’Antsiranana, Abdou Day commence le chant dès l’âge de quatre ans et gagne un peu d’argent avec des chansons traditionnelles malgaches dans les rues. Il découvre le reggae avec des 33 tours de son père à la fin des années 1970 à travers des personnalités comme Jimmy Cliff, Johnny Nash, Peter Tosh ou Bob Marley. Il arrive en France en 1989 et s’installe à Metz. Il intègre plusieurs groupes de reggae avant de démarrer une carrière solo. Il enregistre en 1995 son premier album de quatre titres Mais pourquoi ? qu’il produit et distribue lui-même. Mister Babylon, réalisé par Tyrone Downie en 1998 et vendu à plus de 5 500 exemplaires, est suivi par un second opus intitulé Libre en 2002, sélectionné par la Fnac dans la catégorie " nouvelle scène française". Il vend un peu plus de 8 000 exemplaires.
Avec plus de 800 concerts à son actif, Abdou Day a joué aux côtés des plus grands noms du reggae : Jimmy Cliff, Culture, The Wailers, Buju Banton. Un album est sorti début 2010, avec des chansons en malgache, en anglais et en français à propos des inégalités, des " criminels anti-naturel " et bien d’autres injustices. Des invités prestigieux sont aux rendez-vous : le roi du salegy, Jaojoby Eusèbe, la référence saxo du reggae Dean Frazer (arrangement des cuivres), l’ex-membre des Wailers Tyrone Downie (arrangement des claviers) ou encore le légendaire guitariste Earl Chinna Smith (Wailers, Soul Syndicate, Sizzla). En juin 2010, Abdou Day est sélectionné à l’European Reggae Contest pour représenter la France aux finales européennees du Rototom Sunsplash qui se déroule fin août à Benicassim.
Abdou Day partagera cette fois-ci l’affiche avec Baba, Terakaly, et les TGC au Jardind’Ambohijatovo lors du concert de clôture.
Née sur la côte orientale de Madagascar d’une mère afro-arabe et d’un père indien, Razia Saïd a été élevée au son de la valiha. A l’âge de dix ans, elle s’installe au Gabon en Afrique de l’Ouest où elle a commencé à chanter dans une chorale de l’église locale et s’est laissé bercer par la musique traditionnelle malgache, mais aussi…les Beatles, Bob Marley et James Brown. Razia s’appuie sur une grande diversité de cultures. Sa musique mêle percussions africaines, du R&B, le tout accompagné par sa voix douce et apaisante, ses mélodies envoûtantes, ses textes remplis d’optimisme, et parle de la vérité dans la vie quotidienne.  Razia a vécu entre Paris et New York, collaborant avec des grands noms de l’industrie musicale. En duo avec Mami Bastah le 23 septembre au CCAC, elle nous fera découvrir son dernier album " Zébu Nation ", un voyage entre le Salegy, le Bahoejy et le Tsapiky, remplies d’optimisme et de lumière, en parlant de la vérité dans la vie quotidienne.
Extrait La Gazette de la Grande Île – Jeudi 16 Septembre 2010