La plante Jatropha Curcas, plus connue pour les vertus de ses fruits et de l’huile tirée de ses graines, est une plante endémique notamment au sud de Madagascar, désignée sous le nom de vavavelona, kinanana ou voanongo. Plante biodiesel par excellence, le Jatropha devrait être mieux exploité dans l’île. Car cette plante représente une chance inouïe pour les Malgaches. Cependant, la crise politique devait considérablement freiner les efforts menés par des investisseurs locaux et étrangers, en vue de promouvoir le Jatropha de Madagascar. En effet, cette année aurait dû se dérouler un test grandeur nature du potentiel de collecte de graines dans la région SAVA ; la mise en place d’un « show-room » à Antsiranana avec la présentation d’un groupe électrogène alimenté en huile tirée du Jatropha… Signalons que seulement 5 kg de graines séchées de cette plante peuvent produire un litre de carburant.

D’ailleurs, Sally Ross, directeur de la société « D1 Oils Madagascar » note que : « En plus de ses vertus énergétiques, le Jatropha est apte à remplacer le charbon, à être utilisé comme un engrais ou à servir à la confection de bougies et de savon ».

Précisons aussi que les graines contiennent de 30 à 37% d`huile  impropre à la consommation de l`homme et du bétail, mais qui est de l’huile de qualité supérieure pouvant servir de carburant. L`huile de Jatropha est un produit de remplacement fiable, rentable, renouvelable et prometteur pour diesel, pétrole et autres carburants. L`huile est encore utilisée comme insecticide et dans la production de vernis, de textiles. De même, les cultures de Jatropha présenteraient des avantages tout particulièrement pour les femmes. Remplacer les combustibles traditionnels de cuisson issus de la biomasse par des fourneaux alimentés à l’huile de Jatropha leur serait également bénéfique car elles cuisineraient dans un environnement sans fumée et gagneraient du temps en n’étant plus contraintes d’aller ramasser du bois de feu.

Depuis quelques années, la transformation des graines en huile brute permet l’obtention d’un biocarburant dont des essais sur le Boeing 747 d’Air New Zealand ont été plus que fructueux. A Madagascar des compagnies diverses telles la GEM (Green Energy Madagascar), la MMR (Madagascar Minerals Ressources), ou plus récemment (Tozzi Renowable Energy), ont travaillé dans ce but pour permettre que l’utilisation de diesel à base de Jatropha soit au plus vite possible. Un investissement de plus de 300 millions de dollars a été versé dans ce secteur.

Extrait La Gazette de la Grande Île – Mardi 14 Septembre 2010