Le secteur bancaire classique demeure souvent inaccessible pour une grande majorité de la population des pays en développement.

Face à ce constat, l’AFD a développé depuis une vingtaine d’années une stratégie d’appui au secteur de la microfinance. La microfinance couvre un champ plus large de produits et de ressources que le simple accès au crédit et aux services financiers. Les populations non bancarisées ont aussi besoin de produits d’épargne et d’assurance leur ouvrant la possibilité d’organiser leurs dépenses et de faire face aux aléas de la vie. Le secteur a connu de nombreuses évolutions depuis quelques années, notamment avec l’apparition de la micro-assurance (protection contre le risque climatique pour les agriculteurs, ou couverture santé pour les plus démunis).

S’agissant du risque-maladie, le système de santé de la grande île connaît des faiblesses, se traduisant notamment par un accès limité aux soins de base dans un contexte de grande pauvreté, de facturation aux malades du coût des soins et d’enclavement des populations. Outre les appuis directs au secteur de la santé via le programme PACSS (notamment un volet développement de l’offre de soins), l’AFD souhaite également contribuer chaque fois que possible à renforcer la solvabilité de la demande de soins et a pour cela récemment financé deux projets de micro-assurance santé à Madagascar, l’un via le dispositif ONG l’autre via les appuis AFD au secteur de la microfinance.

L’ONG Inter Aide est soutenue par l’agence dans le cadre de son projet de " réduction de la pauvreté des familles défavorisées par le renforcement durable de la société civile et la promotion de l’insertion sociale et économique ". Les quartiers pauvres de trois villes pilotes – dont Antananarivo – ont été choisis comme terrain de mise en oeuvre. Les populations cibles se caractérisent par une grande précarité économique conjuguée à une faible intégration sociale. Face à des difficultés multiples et interdépendantes, la pertinence du projet réside dans sa capacité à répondre simultanément aux besoins sociaux et économiques, par des services innovants et adaptés au contexte. La subvention accordée (comité ONG du 25 mai 2010), d’un montant de 749 000 euros sur 3 ans, sera consacrée, en partie, à l’amélioration de l’accès des populations défavorisées à des services efficients en matière de protection sociale, par l’intermédiaire de la mutuelle AFAFI. Ainsi, par adhésion systématique, les clients contractant un prêt auprès de l’institution de microfinance CEFOR – partenaire local d’AFAFI – s’engagent à adhérer à la mutuelle de santé. A terme, l’ONG prévoit de favoriser l’accès à des services de santé de qualité pour 7000 familles défavorisées.
L’AFD vient également de financer le lancement d’une mutuelle de santé ADEFI qui viendra en complément des activités de microcrédit du réseau ACEP. L’agence d’Antananarivo a donc signé, le 4 août dernier, une convention de subvention d’un montant de 350 000 euros destiné à financer l’assistance technique et des investissements nécessaires au démarrage des activités d’ADEFI. Cette nouvelle mutuelle devrait couvrir 82 000 ayants droit à moyen terme (d’ici 8 ans) dans huit régions de Madagascar.
Ces deux financements devraient contribuer à la lutte contre la pauvreté et les inégalités, en améliorant l’accès aux soins et en limitant la précarité de la population malgache.
Extrait La Gazette de la Grande Île – Mercredi 25 Août 2010