Outre les bougies et les piles, les lampes solaires et les lampes rechargeables ont été particulièrement recherchées cette semaine en prévision du délestage. La vente de ces produits pouvant se substituer aux éclairages électriques a ainsi explosé depuis hier. Les magasins spécialisés comme les quincailleries ont vu les demandes augmenter. Une vingtaine de lampes à néon rechargeables ont été écoulées par jour, chez un magasin spécialisé à Behoririka. Leur  coût varie de Ar 40 000 à Ar 100 000 environ en fonction de la qualité et de la marque. D’autres types de lampes fonctionnant à piles, moins chères puisque vendues entre Ar 5 000 et Ar 10 000, ont été plus accessibles aux consommateurs à revenus moyens.

Les ventes de bougies ont, elles aussi connu une hausse inhabituelle depuis hier soir, chez les épiciers de quartier. « Nos clients habituels sont les familles qui habitent des logements sans électricité, mais en ce moment, s’y ajoutent le reste de la population qui se prépare au délestage », explique un épicier d’Andravoahangy qui a écoulé jusqu’à 25 paquets de bougies de 10 unités, rien que dans l’après-midi d’hier. Bref, pour lui, les affaires ont été plutôt bonnes !

Extrait Midi Madagasikara – Lundi 23 août 2010