Depuis 2009, la ferme met en vente les produits d’un élevage bio et d’une agriculture raisonnée. Elle concilie ainsi respect de l’environnement, rigueur des techniques agricoles et sensibilisation à un « mieux manger pour mieux vivre » Visite guidée de la « ferme d’Ivato ». 
Initiative écologique. Dix hectares de cultures et de campagne représentent le domaine de cette toute jeune société, située sur la route de Croc Farm, à proximité du village de Fiakarana. Quatre techniciens agro encadrent une cinquantaine de cultivateurs qui travaillent la terre tous les jours, de 7h à 16h. Le processus de lancement de cette nouvelle forme d’agriculture s’est heurté, au départ, à une terre très peu fertile car « victime » du brûlis, technique traditionnellement répandue aussi bien dans la capitale que sur toute l’île. Une sélection rigoureuse des semences pour de meilleures récoltes, une irrigation au goutte à goutte afin de mieux gérer la distribution de l’eau, sont autant de techniques mises en place pour faire face aux carences du terrain d’origine. Il s’agit essentiellement d’une agriculture dite « raisonnée », qui consiste à utiliser une quantité minimum de pesticides, afin de lutter contre  les pucerons et autres insectes (surtout pendant cette période d’hiver). Aucun produit n’est totalement « bio » pour l’instant bien que des essais soient effectués sur les aliments les plus résistants (laitue, carotte, fenouil).
50 villageois, 50 emplois. Ce projet a également une vocation sociale puisque la totalité des agriculteurs sur le terrain proviennent du village. La ferme a permis aux 50 villageois d’avoir un emploi et de maîtriser des techniques agricoles permettant la récolte de légumes de meilleure qualité.
La « Sobika ». D’une part, la ferme élève lapins, poules pondeuses, poulets fermiers (12 000 Ar/kg) et leurs œufs du jour (400Ar / pièce). D’autre part, elle propose une importante variété de légumes du potager dont la distribution dépend des récoltes et des saisons (carottes, poireaux, radis, concombres, salade, haricots, courgettes…). Tous ces aliments sont disponibles à la livraison, suivant le principe de la « sobika ». Une sobika correspond à un ensemble de légumes et/ou de plantes aromatiques sélectionnées. L’inscription doit se faire sur leur site internet  (http:://wwwlafermedivato.com/) pour recevoir chaque semaine le fameux panier, à raison de 5 000Ar à 10 000Ar selon la formule choisie.
Des particuliers aux grandes surfaces. La société compte soixante-quinze clients dont 80% d’étrangers. Ce type de prestations est unique dans la capitale et il est encore difficile

d’« éduquer » à l’achat de ces produits lorsqu’on peut se fournir en fruits et légumes au marché ou dans les grandes surfaces. Sensibiliser au goût et au « bio » est encore avant tout un effet de mode en France; il n’est pas une mince affaire dans les pays développés en général, et il l’est d’autant plus ici. S’agissant des grandes surfaces, Shoprite et Leader Price sont leurs plus importants clients (15% à 20% de leurs débouchés).

La Ferme d’Ivato n’en est qu’à ses débuts… Mais cela promet tout de même un grand coup de pouce pour « mieux manger pour mieux vivre ».

Extrait Midi Madagasikara – jeudi 19 août 2010